Investissement maroco-saoudien : Une nouvelle politique économique en gestation

Investissement maroco-saoudien : Une nouvelle politique économique en gestation

Les investisseurs marocains et saoudiens tendent vers le renforcement de leurs échanges. Une motivation qui sera bientôt concrétisée par la création d’un fonds d’investissement commun. C’est ce qui a été soumis à la 12ème session de la commission mixte maroco-saoudienne dont les travaux ont débuté hier, mardi, sous la présidence de Saâd-Eddine El Othmani, ministre des affaires étrangères et de la coopération, et son homologue saoudien le Prince Saoud Al Faiçal. La création d’un fonds d’investissement commun traduit la volonté des deux pays de faire du secteur privé un partenaire fondamental. La création d’un tel fonds permettra de fédérer les synergies en vue d’instaurer un climat d’affaires arabes contribuant ainsi à l’essor de l’économie nationale et régionale.

Saâd-Eddine El Othmani a dans ce sens appelé les investisseurs marocains et leurs homologues saoudiens «à entreprendre un véritable partenariat et à imprimer un nouvel élan à la coopération dans les domaines économique et commercial». L’invitation est donc ouverte à l’ensemble des opérateurs économiques, des établissements financiers et des fonds d’investissement pour la contribution au capital de ce fonds qui sera destiné aux petites et moyennes entreprises en vue d’appuyer leurs projets de part et d’autres.

Pas plus tard que dimanche dernier, les opérateurs économiques des deux pays étaient en conclave en vue de débattre des opportunités d’affaires bilatérales. Une conclusion de taille fut émise, celle d’établir une ligne maritime reliant le Royaume marocain au Royaume saoudien. Ce nouvel axe commercial, dont le projet devrait être fin prêt vers la fin 2014, contribuerait par ailleurs à combler certaines lacunes nuisant au niveau des échanges commerciaux entre les deux pays. La demande des opérateurs marocains et saoudiens a été appuyée par des études montrant l’importance stratégique d’un tel réseau commercial.

En effet, le volume des marchandises entre les deux pays se situe entre 4.000 et 5.000 conteneurs par mois. La nouvelle ligne devrait relier éventuellement les ports de Tanger, Radès et Djeddah ou Tanger, Marseille, Radès et Djeddah. Elle revitaliserait par conséquent les échanges commerciaux qui se situent actuellement à 2,85 milliards de dollars par an constitués généralement des exportations saoudiennes.

La part marocaine de ces échanges reste, quant à elle, minime générant un montant de 105 millions de dollars. Notons que les opérateurs économiques des deux pays ont insisté sur l’importance de mettre en place un holding avec la participation des secteurs public et privé. Ils ont en outre plaidé pour l’organisation d’une exposition annuelle qui se tiendra en alternance dans chacun des deux pays, consacrée aux produits de l’agriculture et de l’industrie, avec la mise en place de mécanismes internes pour aider les investisseurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *