Investissements des étrangers en valeurs cotées marocaines

Investissements des étrangers en valeurs cotées marocaines

Près de 147,7 milliards de dirhams ont été générés, en 2011, au niveau des investissements des étrangers en valeurs cotées marocaines. Ce montant est en net repli, affichant une baisse de 11,7% par rapport à une année auparavant. Dans son bilan sur les investissements étrangers à la Bourse de Casablanca, le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) attribue cette baisse à «la contre-performance qu’a connue la place casablancaise en 2011 dans la mesure où 5 valeurs représentant 73% du portefeuille détenu par les étrangers et les MRE ont toutes connu d’importantes variations à la baisse». Il s’agit, en effet, de la BMCE dont la variation a chuté de 18,20%, IAM (-9,6%), Lafarge Ciments (-26,89%), Ciments du Maroc (-20,83%) et la BMCI (-12,14%). En analysant l’évolution des investissements étrangers, le CDVM fait ressortir une baisse du taux de détention des étrangers et des MRE passant ainsi de 29,1% à 28,5% à fin 2011. En outre, le CDVM démontre que la part de l’investissement étranger en actions cotées demeure dominée à hauteur de 89,7% par la participation stratégique. La part flottante des capitaux étrangers en actions cotées maintient, quant à elle, sa cadence ascendante pour s’établir à 3% en 2011 contre 2,8% en 2010. «Cette part représente 12,7% de la capitalisation boursière flottante», indique le CDVM dans son bilan.
Par origine géographique, la présence des investisseurs européens reste prépondérante. Des 4.694 investisseurs présents à la cote casablancaise, les Européens détiennent une part de 88% du total des investissements étrangers en volume, suivis donc par les investisseurs de la région MENA avec 4,44% pour chaque catégorie. Par ailleurs, le CDVM a souligné dans son rapport la forte présence des personnes morales françaises. Le Conseil indique à cet égard que «cette catégorie des investisseurs détient 114,4 milliards de dirhams». Et de poursuivre que «la part des personnes morales françaises dans l’investissement des personnes morales étrangères non résidentes a légèrement augmenté en passant de 77,8% en 2010 à 78,5% en 2011». Toutefois, la part des personnes morales espagnoles non résidentes continue à diminuer pour atteindre les 2,6% en 2011 contre 3,9% enregistrés une année auparavant. Les personnes morales britanniques et américaines ont, pour leur part, connu une légère baisse de leurs montants d’investissements qui se sont établis à fin 2011 à 8,4 milliards de dirhams contre 9,1 milliards générés l’année précédente. Le taux de détention de ces investisseurs est passé de 5,4% en 2010 à 5,7%. Notons qu’environ 99,9% de la capitalisation boursière est conservée auprès des teneurs de comptes nationaux. La part des titres conservés en dehors du Maroc reste inchangée, se fixant aux alentours de 0,14% de la capitalisation boursière. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *