Investissements industriels: L’autofinancement reste le premier recours

Investissements industriels: L’autofinancement reste le premier recours

L’autofinancement reste le moyen le plus utilisé par les professionnels, comblant ainsi par leurs propres moyens les charges d’investissements. L’Observatoire marocain de l’industrie confirme ce constat dans son enquête de conjoncture sur le suivi de l’investissement industriel, établie au premier semestre de l’année. Il s’agit d’une étude de tendance qui permet d’appréhender rapidement les évolutions récentes et probables des investissements industriels.

A cet égard, l’Observatoire marocain de l’industrie indique que 58% des industriels interrogés favorisent l’autofinancement. De même, ce mode de financement concerne 49% des montants investis par les industriels ayant répondu à l’enquête.

Aussi, 27% de l’échantillonnage font de l’endettement un facteur déterminant de leurs investissements. La structure de financement démontre, dans ce sens, que 16% des projets industriels ont été financés par un recours aux crédits bancaires. Selon l’Observatoire, les projets d’investissements financés par crédit-bail n’ont pas dépassé les 10% au premier semestre de l’année. De même, 2% des projets investis par l’échantillon de l’enquête ont procédé à une augmentation de capital.

S’agissant du rendement des nouveaux projets, les participants à l’enquête de l’Observatoire marocain de l’industrie se sont déclarés très optimistes. 72% d’entre eux ont émis un avis favorable quant aux profits liés aux nouveaux projets. L’optimisme gagne également les industriels, notamment en termes de perspectives d’évolution de la demande. 67% des industriels, s’attendent ainsi à une amélioration contre 14% qui se déclarent pessimistes.

En revanche, les industriels restent réticents par rapport à la fiscalité marocaine. Plus de la moitié des professionnels interrogés a émis, à ce propos, un avis défavorable, soit 54% de l’échantillon. Il en est de même pour le taux d’intérêt : 54% des industriels ont partagé à ce sujet une opinion négative contre 12% qui jusque là restent favorables aux taux engagés.

Pour rappel, un bon nombre d’industriels interrogés par l’Observatoire marocain de l’industrie avait prévu des investissements au premier semestre de l’année en cours. 58% d’entre eux avaient auparavant dévoilé leur ambition d’entamer de nouveaux projets au titre des six premiers mois de l’année.

La cadence des investissements a par ailleurs connu une bonne dynamique vers la fin 2014. Le deuxième semestre de l’année précédente avait connu un engagement des industriels interrogés. 57% avaient confirmé avoir réalisé des investissements durant ladite période.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *