Investissements marocains en Afrique : 37 milliards de dirhams injectés en 14 ans

Investissements marocains en Afrique : 37 milliards de dirhams injectés en 14 ans

Si les banques et les télécoms représentent respectivement 53 et 17% des investissements injectés par le Maroc en Afrique, l’industrie représente pour sa part 11% de ces flux contre 5% pour les holdings.

L’Afrique est, sans contexte, devenue une priorité dans la stratégie économique extérieure marocaine. Le continent est aujourd’hui une destination phare des investissements marocains. 37 milliards de dirhams est la valeur des investissements directs marocains réalisés en Afrique sur la période allant de 2003 à 2017. Ce chiffre constitue en effet l’essentiel des investissements directs étrangers sortants du Maroc avec une part moyenne de 60% des flux sortants globaux. 55% de ces flux sont adressés aux pays de l’Afrique de l’Ouest contre 25% en Afrique du Nord, 15% en Afrique centrale et 5% en Afrique australe. Ces données, relevées dans la dernière étude réalisée par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) et l’Agence française de développement, démontrent à quel point le Maroc consolide progressivement son positionnement dans le continent. Une présence qui répond pleinement aux ambitions du Royaume formulées dans sa vision stratégique basée sur des rapports équilibrés et bénéfiques avec l’ensemble des pays voisins. Le Maroc a réussi au fil des ans à s’ériger en tant que l’un des premiers investisseurs africains de l’Union économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et de la Communauté des États de l’Afrique centrale.

L’Égypte et la Côte d’Ivoire sont les premiers pays récipiendiaires des investissements directs étrangers marocains dans la région, soit des flux respectifs de l’ordre de 20 et 19% sur la période allant de 2003 à 2017. Le Mali arrive en deuxième position recevant ainsi une part de 13% des IDE marocains au moment où 7% autres ont été injectés au Burkina Faso et le Sénégal. Par répartition sectorielle, les banques et les télécommunications arrivent en tête des secteurs ciblés par le Maroc à l’international.

«Grâce aux réformes menées par le passé, le Maroc est parvenu à édifier un système financier solide qui a donné naissance à des groupes bancaires compétitifs, capables de s’implanter en Afrique et de contribuer favorablement au financement des économies africaines», peut-on lire de l’étude de la DEPF. Si les banques et les télécoms représentent respectivement 53 et 17% des investissements injectés par le Maroc en Afrique, l’industrie représente pour sa part 11% de ces flux contre 5% pour les holdings. «Il y a lieu de souligner que la part du secteur de l’industrie s’est élevée à 5,1% seulement entre 2007 et 2015, alors qu’elle a atteint sur la seule année 2016 près de 53% des flux sortants du Maroc vers le continent, avec près de 2,5 milliards de dirhams qui ont été investis, essentiellement, en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Cameroun», peut-on relever de ce document intitulé «Développement des entreprises marocaines en Afrique : réalité et perspectives». Il est à souligner que la recherche des relais de croissance figure en tête des motivations qui poussent les entreprises marocaines à se développer en Afrique.

Et pour cause : certains secteurs sont arrivés à maturité poussant les champions nationaux à explorer de nouveaux horizons à l’international. C’est dans cette perspective qu’un certain nombre d’acteurs a construit une stratégie de développement proactive sur le continent. En analysant les principaux critères des pays ciblés par les entreprises marocaines, les premiers facteurs qui ressortent sont le potentiel du marché, son accessibilité et sa stabilité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *