Irlande : Les responsables cisèlent un plan de sauvetage

Irlande : Les responsables cisèlent un plan de sauvetage

L’Union européenne (UE) et le FMI ont accepté, dimanche soir, de fournir un soutien financier à l’Irlande sous la forme de prêts afin de soutenir son secteur bancaire et préserver la stabilité financière du pays. Le montant de l’aide accordée à l’Irlande est encore sujet à discussions mais il devrait être inférieur aux 110 milliards d’euros prêtés en mai dernier à la Grèce. Selon certaines sources européennes, le montant de cette aide pourrait atteindre 80 à 90 milliards d’euros. Le ministre des Finances autrichien, Josef Pröll, a toutefois déclaré lundi qu’il ne s’attendait pas à ce que l’Irlande utilise cette aide pour le moment et que l’UE mettait simplement à sa disposition un «filet de sécurité». Il a également dit à la presse qu’il fallait aider l’Irlande sinon l’ensemble de la zone euro serait en danger. L’objectif de ce plan est aussi d’éviter une propagation de la crise à d’autres pays de la zone euro, notamment le Portugal ou l’Espagne. À Berlin, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a toutefois minimisé le risque d’une contagion à d’autres membres affaiblis de la zone euro. «Si nous apportons maintenant la bonne réponse au problème irlandais, nous aurons de grandes chances d’éviter des effets de contagion», a-t-il dit à la chaîne allemande ZDF. Certains économistes se montrent toutefois moins optimistes. «Selon moi, le Portugal devrait être le prochain pays (à demander de l’aide)», commente Filipe Garcia de Informacao de Mercados Financeiros à Porto. «Je ne sais pas si cela se produira avant la fin de l’année ou après, mais c’est maintenant quasiment inévitable». Des experts de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI devront boucler d’ici la fin novembre un plan de prêts à l’Irlande, qui sera échelonné sur trois ans, a par ailleurs déclaré le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn.  Pièce maîtresse du plan de sauvetage, un programme de restructuration des banques irlandaises est notamment en cours d’élaboration. Lors d’une conférence de presse, le ministre irlandais des Finances, Brian Lenihan, a déclaré que la taille des banques irlandaises, fragilisées par l’éclatement de la bulle immobilière, serait sensiblement réduite et qu’elles pourraient devoir envisager la cession d’actifs non-essentiels. La Grande-Bretagne, qui n’est pas membre de la zone euro, a annoncé qu’elle proposerait à l’Irlande une aide d’environ sept milliards de livres (8,15 milliards d’euros). La Suède, dont l’économie est fortement soutenue par ses exportations en Europe et qui craint les répercussions d’une propagation de la crise, envisage également de proposer son aide à l’Irlande, a annoncé, samedi, le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *