Irrigation localisée : 98% des superficies reconverties

Irrigation localisée : 98% des superficies reconverties

Les superficies en irrigation localisée ont marqué une croissance continue depuis le lancement du Plan Maroc Vert. Le dispositif incitatif prévoit de prendre en charge la totalité des coûts de la micro-irrigation pour les exploitations de moins de 5 hectares ou dans le cadre de l’agrégation.

Le Plan Maroc Vert a prévu un ambitieux programme de reconversion des terres vers des utilisations plus valorisantes, notamment l’arboriculture fruitière et les plantations pastorales. Ces potentiels sont en outre suggérés par les différentiels de rentabilité de la terre utilisée.

Au moment où les céréales accaparent 59% de la superficie agricole utile (SAU) et ne participent à la valeur globale de la production agricole qu’à hauteur de 18 %, le maraîchage pour sa part et avec seulement 3% de la SAU contribue à hauteur de 21% de la production agricole globale. L’objectif de reconversion des superficies vers l’irrigation localisée est fixé à 550.000 hectares à l’horizon 2020 et permettra de faire des économies d’eau de l’ordre de 1,4 milliard m3, de doubler la productivité de l’eau et d’améliorer les revenus des agriculteurs.

Par rapport à cet objectif, près de 540.000 hectares sont déjà réalisés, soit 98% de l’objectif. Outre le programme national d’économie d’eau en irrigation pour lequel l’Etat engage un investissement de près de 37 milliards DH, le Plan Maroc Vert connaît également la mise en œuvre du programme d’extension de l’irrigation visant la valorisation des ressources en eau mobilisées par les barrages destinées à l’irrigation, et ce à travers la création de nouveaux périmètres et le renforcement de l’irrigation des périmètres existants associés aux barrages réalisés et en cours de construction. Le but étant de mettre sous irrigation environ 160.000 hectares de nouvelles terres équipées en techniques d’irrigation les plus efficientes.

Ce programme porte sur un investissement de l’ordre de 21,5 milliards DH à l’horizon 2020 permettant la valorisation de plus de 1,2 milliard m3 d’eau mobilisable par les barrages. Le programme de partenariat public-privé en irrigation tend pour sa part à promouvoir le partenariat public-privé pour la gestion déléguée des périmètres d’irrigation et le financement des infrastructures d’irrigation. La finalité étant d’assurer un service de l’eau d’irrigation efficient, efficace et durable. Ce programme porte à la fois sur les périmètres de grande irrigation existants en vue de leur modernisation et l’amélioration du service d’irrigation, les nouveaux projets d’aménagement hydro-agricole, notamment dans la plaine du Gharb et dans le Loukkos et les projets de sauvegarde de l’irrigation dans les bassins de production à haut potentiel, notamment à travers les projets d’irrigation par dessalement de l’eau de mer sur près de 20.000 hectares dans les zones de Chtouka Ait Baha et de Dakhla.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *