Jalal Benhayoun : «Nous intégrons aujourd’hui plus de 70% de la chaîne à l’export»

Jalal Benhayoun : «Nous intégrons aujourd’hui plus de 70% de la chaîne à l’export»

Entretien avec Jalal Benhayoun, directeur général de PortNet. SA, «Guichet Unique national du commerce extérieur»

C’est une nouvelle approche du service public qui vise l’amélioration du climat d’affaires au Maroc. Grâce à PortNet le Maroc a gagné 39 places cette année au niveau du commerce transfrontalier dans le Doing Business.

ALM : PortNet renforce dernièrement ses actions de sensibilisation. Dans quel cadre s’inscrit cette démarche ?

Jalal Benhayoun : Cette démarche vise avant tout à communiquer autour de notre activité. La finalité étant d’accompagner les entreprises à s’approprier le process de transformation digitale. Tout se joue au niveau de la conduite du changement et l’accompagnement des opérateurs. Nous présentons lors des séminaires de sensibilisation les nouveaux services de PortNet. L’accent est mis actuellement sur la nouvelle mesure relative aux préavis d’arrivée des conteneurs au port destinés à l’export et mise en place depuis lundi 19 juin 2017.

Justement, en quoi consiste  ce service?

C’est une déclaration anticipée portant sur une information détaillée qui va être communiquée à l’ensemble des parties prenantes de la communauté portuaire pour mieux prendre en charge toutes les démarches à l’export, notamment l’inspection physique, la planification du chargement du navire, la sécurisation et le bulletin de réception au sein du terminal. C’est une procédure innovante aujourd’hui et qui va avoir énormément de valeur ajoutée sur nos exportations. Elle va nous ouvrir le chemin pour rendre plus efficaces les formalités à l’export. Ce service va être obligatoire à partir du 1er août à Casablanca et du 1er septembre à Agadir. Il va être par ailleurs généralisé d’ici la fin de l’année au niveau de tous les ports du Royaume. Avec l’entrée en vigueur de ce service, les exportateurs pourront suivre à partir de leur bureau la progression de la réalisation des démarches à l’exportation, et ce à travers un système de notification et de traçabilité au niveau de PortNet. Ainsi, l’échange physique de plusieurs documents en papier obligatoires à l’entrée du port a être supprimé.

Où en êtes-vous en termes d’intégration de la chaîne logistique ?

Nous intégrons aujourd’hui plus de 70% de la chaîne à l’export au niveau du guichet unique PortNet où toutes les opérations sont quasiment dématérialisées. Nous avons réussi à généraliser plusieurs services dont ceux relatifs à l’escale automatique qui est aujourd’hui automatisé en zéro papier, l’enlèvement matérialisé au niveau de Casablanca et Agadir, ainsi que les titres d’importation et d’exportation. Nous ne cessons d’innover pour consolider davantage notre performance opérationnelle et la résilience du système PortNet.
La preuve en ce week-end nous avons migré vers une infrastructure de nouvelle génération qui est installée pour la première fois en Afrique et qui nous assure une robustesse opérationnelle inédite. Nous continuons par ailleurs à développer de nouvelles solutions communautaires telles que le paiement multicanal les services relatifs à l’import et l’export. Nous ambitionnons d’assurer une intégration complète de toute la chaîne. Pour ce faire, nous écoutons attentivement nos collaborateurs en vue d’adapter nos services à leurs besoins et maximiser éventuellement le gain et la valeur ajoutée sur la compétitivité.

Plus de 31.000 usagers adhèrent à PortNet. Quel est l’impact de ce guichet unique sur l’activité de cette communauté ?

Je peux vous assurer que tous les objectifs ont été atteints. Nous gérons aujourd’hui la totalité des usagers du commerce extérieur. PortNet a réussi à s’imposer comme étant un modèle de réforme de simplification en faveur de l’entreprise. C’est une nouvelle approche du service public qui vise l’amélioration du climat d’affaires au Maroc. C’est d’ailleurs ce que confirment les indicateurs du Doing Business. Grâce à PortNet le Maroc a gagné 39 places cette année au niveau du commerce transfrontalier. Autre exemple à citer est celui des délais de séjour de la marchandise qui est en constante amélioration. Avant la mise en œuvre de PortNet ce délai dépassait les 14 jours. Il se situe aujourd’hui autour de 6 et 7 jours, ce qui réduit les coûts de manière significative. Il faut dire que PortNet nous a permis d’améliorer notre image au niveau international et d’avoir un impact très positif sur nos entreprises.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *