Jean-Marie Santander : «Le Maroc pourrait profiter de l’interconnexion avec l’Espagne»

Jean-Marie Santander : «Le Maroc pourrait profiter de l’interconnexion avec l’Espagne»


ALM : Après le rachat en début d’année de la Compagnie éolienne du détroit, avez-vous d’autres projets au Maroc ?
Jean-Marie Santander : Effectivement, nous travaillons actuellement avec Norweb du groupe Mifa sur de nouveaux projets dans le solaire. D’ailleurs, nous sommes dans la phase de finalisation des accords avec cette entreprise spécialisée dans l’électrification des zones rurales.
Notre objectif est de développer des unités de production en étroite collaboration. Nous penchons d’ailleurs sur la construction d’une usine de fabrication de capteurs solaires à Benslimane. Pour ce projet, le premier au Maroc, nous allons collaborer avec des experts allemands qui sont connus dans ce domaine. C’est dire que notre engagement ne se limite pas à l’éolien.

À propos de l’éolien, quels sont vos nouveaux projets ?
Nous nous intéressons particulièrement au futur parc éolien de Tarfaya. À ce sujet, nous avons signé au mois de juin dernier un partenariat stratégique avec le groupe émirati Taqa pour répondre à un appel d’offres international lancé par le Maroc pour la construction et l’exploitation de ce parc éolien de 300 mégawatts.  

Dans la Compagnie éolienne du détroit, l’ONE s’est engagé à racheter la totalité de la production pendant les dix années à venir.
C’est un contrat à long terme qui nous lie avec l’Office national de l’électricité (ONE). En effet, avec une longue période de contrat de rachat de la production, les investissements dans les installations seront amortis plus rapidement. Pour le parc de Tarfaya, le contrat sera de 20 ans. Theolia, qui a à peine quatre ans est devenu le 11ième producteur mondial d’origine éolienne. Nous avons commencé avec 6 millions d’euros le 13 août 2004. Aujourd’hui, le groupe pèse 800 millions d’euros. En Bourse, Theolia compte près de 20.000 actionnaires dont 200 banques et fonds d’investissements. Ma part dans le capital de Theolia se limite à 5 %.

En plus de l’éolien et du solaire, vous venez de vous lancer dans l’agriculture au Maroc ?
Dans le programme de cession des terres de l’Etat, j’ai pu avoir trois fermes. Une ferme à Meknès où je compte cultiver des oliviers, la deuxième à Sidi Slimane pour y planter des orangers et la troisième à Sidi Kacem pour les semences. Même avec ce projet, j’estime que je ne me suis pas trop éloigné du domaine de l’environnement !       

Le Maroc veut augmenter le pourcentage d’électricité produite à partir d’énergies renouvelables à hauteur de 10% en 2012 contre à peu près 1% actuellement. Est-ce possible ?
C’est possible. Vous savez, il faut avoir trois critères pour réussir ce genre de projet.  Le vent, et il suffit juste d’étudier sa force et sa direction. Les capitaux, on peut les amener. Il reste la volonté politique et je pense qu’elle existe. En témoigne d’ailleurs le discours de SM le Roi Mohammed VI à l’occasion de la Fête du Trône. Le Souverain a souligné que le Maroc se doit de poursuivre résolument les efforts visant à faire des énergies alternatives et renouvelables la clé de voûte de la politique énergétique nationale. Le Maroc est béni des dieux. Il a du vent et du soleil. Dans les mentalités actuelles, quand on parle d’électricité, on ne pense qu’à la production. Alors qu’en Europe, on pense aussi à la vente. Le Maroc pourrait faire de même en profitant de l’interconnexion avec l’Espagne, et partant fournir d’autres pays de l’Europe.

Quel est l’avenir de l’éolien avec cette flambée des prix du pétrole ?
Certes, la flambée du prix du baril de pétrole a un impact sur le coût de revient des énergies fossiles et éoliennes.  Avec un baril de pétrole qui flirte les 200 dollars, le coût de revient des énergies d’origine fossile sera plus cher que celui des énergies éoliennes. 


Theolia : Quatre ans et déjà du succès


Jean-Marie Santander connaît très bien le Maroc parce que tout simplement c’est son pays natal. Cet ingénieur en électricité doublé d’un financier et un manager a vu le jour à Benslimane. Et ce n’est qu’à l’âge de 16 ans qu’il a quitté le Maroc pour partir en France. Des années après, il retourne à son pays natal pour y planter des éoliennes, mais aussi pour soutenir des actions sociales. Tout en restant discret, M. Santander a offert une belle surprise aux jeunes du réseau Maillage en leur organisant une rencontre avec les joueurs de l’Olympique de Marseille, à Marrakech au mois de juin dernier. Pour cette saison estivale, Theolia a pensé aux jeunes des quartiers démunis.
À Tamaris, ce groupe a soutenu l’organisation d’un camping pour 3.500 jeunes Casablancais. Chose qui a valu à Jean-Marie Santander de devenir le président d’honneur du réseau Maillage. Toujours dans le domaine associatif, Theolia a offert une clinique mobile au Lions Club pour détecter et opérer la cataracte. L’intérêt qu’il accorde aux actions associatives découle aussi de son intérêt pour le développement durable. Il y a tout juste quatre ans, Jean-Marie Santander a lancé Theolia qui s’affirme aujourd’hui comme un leader européen de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables.
«Le fondement principal qui m’a servi à bâtir le groupe Theolia est qu’il est possible d’associer environnement et rentabilité», comme préfère le rappeler M. Santander. Theolia exerce ses activités en France, en Allemagne, en Espagne, en Grèce, en Italie et dans certains pays émergents via sa filiale Theolia Emerging Markets, créée en 2007 et basée à Casablanca. Theolia est cotée sur le compartiment B du marché Eurolist d’Euronext Paris.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *