Jerada : Comment l’agriculture va contribuer

Jerada : Comment l’agriculture va contribuer

Les potentialités agricoles offrent la possibilité de trouver des alternatives économiques appropriées à la province

Le ministère a élaboré un programme d’actions visant l’amélioration des revenus des agriculteurs et du niveau de vie de la population locale, ainsi que la création d’emploi.

L’agriculture pourrait devenir un levier de développement à Jerada. Les propos émanent du ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. Au cours d’un déplacement dans la province, il a affirmé devant les présidents des collectivités territoriales et les représentants des partis politiques, des syndicats et des jeunes de la région que les potentialités agricoles dont jouit cette province offrent la possibilité de trouver des alternatives économiques appropriées, tangibles et durables. Le ministre s’est, en effet, appuyé sur les résultats des projets lancés depuis 2010 et jugés encourageants. La même source a expliqué que ces projets ont favorisé le développement des filières de production végétale et animale. Dans le même sens, le ministère a élaboré un programme d’actions visant l’amélioration des revenus des agriculteurs et du niveau de vie de la population locale, ainsi que la création d’emploi, précisant que ce programme, doté d’un investissement de 28,2 millions de dirhams, sera réalisé cette année et concerne toutes les communes territoriales de la province. Concrètement, les mesures prévues concernent notamment l’irrigation, les produits du terroir, l’aménagement des parcours, le développement de la race ovine et caprine, l’apiculture, la plantation d’arbres fruitiers et la création de coopératives.

Ce n’est pas tout. Car en plus de ce programme, déjà budgétisé, le département de l’agriculture a mis en place un ambitieux plan couvrant les trois prochaines années et visant à insuffler une nouvelle dynamique au développement socio-économique de la province de Jerada, a encore ajouté le ministre. Ledit plan s’articule autour du développement des zones de parcours, du renforcement des capacités organisationnelles des agriculteurs, de la création d’unités de production d’orges, l’extension du périmètre irrigué et des superficies réservées aux arbres fruitiers et la promotion de l’élevage. Le ministre a, en outre, réaffirmé que les projets programmés feront l’objet d’un suivi rigoureux pour assurer leur réussite et atteindre les objectifs escomptés, mettant l’accent sur l’importance de tirer profit des ressources naturelles dont jouit la province et de mettre en place un système efficace d’économie d’eau à travers l’utilisation du goutte-à-goutte. Il a de même souligné la nécessité pour les agriculteurs de s’organiser au sein de coopératives pour profiter des facilités accordées dans le domaine de l’irrigation qui bénéficie d’un grand intérêt de la part du ministère, des autorités locales et des élus.

Selon M. Akhannouch, la rencontre avec les différents acteurs locaux est une opportunité pour s’enquérir de l’avancement des programmes agricoles réalisés au niveau de la province, mais aussi pour entendre les revendications de la population se rapportant au développement agricole. Il a à cet égard fait part de la volonté des différents responsables d’interagir positivement avec les attentes de la population, notant que les potentialités naturelles et humaines de la province permettront à coup sûr de réaliser les résultats escomptés en termes de développement.

Appel à fédérer les efforts

Le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a appelé à fédérer les efforts de tout un chacun pour réaliser des projets de développement de nature à favoriser la création d’emplois et l’amélioration des conditions socio-économiques des habitants.

Le ministre s’exprimait lors de rencontres de communication tenues avec les présidents des collectivités territoriales et les représentants des partis politiques, des syndicats et des jeunes de la province, en présence du wali de la région de l’Oriental, gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, du président du Conseil régional, et du gouverneur de la province de Jerada. De leur côté, des acteurs présents à ces rencontres ont insisté sur l’importance de créer un nouveau modèle de développement pour la province, devant mettre à profit les potentialités agricoles dont elle regorge. Ils ont également revendiqué plus de mesures en vue d’augmenter la production des agriculteurs et des éleveurs, d’encourager les investissements, de valoriser les plantes médicinales et aromatiques et d’assurer des formations au profit des agriculteurs.

Jerada : Un plan d’urgence

Le wali de la région de l’Oriental, gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamai, avait tenu vendredi une rencontre de communication avec des représentants des syndicats et des jeunes de la province, en présence de chefs de services extérieurs, régionaux et provinciaux, consacrée à la présentation du plan d’urgence qui répond aux attentes pressantes de la population locale.

M. Jamai a indiqué, à cette occasion, que ledit plan a été élaboré en interaction avec les revendications des habitants, assurant que d’autres mesures seront prises, à moyen et long termes, en vue de créer une alternative économique efficiente et favoriser la mise à niveau de l’espace territorial. Dans ce sens, le wali a mis l’accent sur les mesures d’urgence, notamment celles inhérentes aux factures de l’eau et de l’électricité, à l’emploi, à la mise en application des dispositions de l’accord social conclu suite à la fermeture des Charbonnages du Maroc (CDM), à l’exploitation des puits clandestins de charbon et à la dégradation de l’environnement.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *