Journée mondiale de l alimentation : zoom sur la culture du qinoa

Journée mondiale de l alimentation : zoom sur la culture du qinoa

A quoi ressemblerait un système alimentaire durable ? Est-il possible d’y parvenir ? A ces questions, parmi d’autres, des experts nationaux et internationaux ont tenté de répondre lors d’un séminaire scientifique tenu jeudi à Rabat à l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation qui sera célébrée le 16 octobre sous le thème : «Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition».

Le Maroc, lui, a déjà concocté des stratégies, notamment le Plan Maroc Vert, abondant dans le sens de ce thème. Chose qui a été soulignée par Mohamed Sadiki, secrétaire général du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, département initiateur de l’événement aux côtés de la FAO au Maroc. Selon M. Sadiki, qui a rappelé que le PMV repose sur une agriculture durable, «les systèmes alimentaires durables ont de faibles impacts sur l’environnement, contribuent au respect de la biodiversité et permettent d’optimiser les ressources».

Cette question environnementale a été vivement suscitée par Michael George Hage, représentant de la FAO au Maroc. «Si nous ne sommes pas attentifs, nos systèmes alimentaires peuvent porter préjudice à l’environnement car ils utilisent de grandes quantités d’eau et produisent des gaz à effet de serre nocifs, ce qui se répercute sur tous les êtres vivants de la planète», a-t-il avancé lors de ce séminaire marqué par la présence de Carlos Velasco, ambassadeur du Pérou au Maroc.

Par ailleurs, M. Hage a rappelé que la célébration de la journée mondiale de l’alimentation coïncide cette année avec l’année internationale du quinoa. C’est le seul aliment végétal qui renferme à la fois tous les acides aminés essentiels, ainsi que des oligo-éléments et des vitamines.

Selon le représentant de la FAO qui porte un grand intérêt au quinoa, «cette culture originaire de l’Amérique latine peut jouer un rôle important dans l’élimination de la faim, de la malnutrition et de la pauvreté».

Et pour sensibiliser aux vertus de cette végétation, les initiateurs du séminaire ont marqué leur journée par l’invitation d’Alfonso Velasquez Tuesta, président exécutif de Sierra Export à Lima, une société œuvrant dans la commercialisation de cette plante. M. Vasquez a, à cette occasion, exprimé sa volonté de développer la production du quinoa au Maroc.

Pour information, la FAO a, selon son représentant au Maroc, développé un partenariat avec l’association Slow Food afin d’appuyer les producteurs marocains de quinoa à commercialiser leurs produits dans les magasins solidaires. Vu ses vertus, cette plante sera, certes, la bienvenue !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *