Juridiction financière : Une formation à la française pour 213 magistrats marocains

Juridiction financière : Une formation à la française pour  213 magistrats marocains

Le jumelage institutionnel Maroc-union européenne portant sur le renforcement des capacités professionnelles des magistrats des juridictions financières vient de prendre fin. Près de 213 magistrats des juridictions financières du Maroc ont bénéficié des modules de formation à l’issue du jumelage entre la Cour des comptes du Maroc et la Cour des comptes française, inscrit dans le cadre du Programme d’appui au plan d’action Maroc-Union européenne (P3A III) pour un montant de 250.000 euros. Les bénéficiaires ont donc acquis de nouvelles techniques de perfectionnement en matière de contrôle de la gestion et des fonds publics, en l’occurrence l’audit de régularité et de performance. De même, 17 magistrats ont pris part à un stage d’immersion au sein des juridictions financières françaises. Ainsi, huit magistrats marocains ont été affectés à la Cour des comptes et au Parquet général à Paris et neuf auprès des Chambres régionales des comptes d’Arras, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Montpellier et d’Ile de France (Noisiel). Commentant cette initiative, la Cour des comptes marocaine a indiqué que «ce jumelage se situe au cœur des réformes en cours au Maroc, à savoir la réforme constitutionnelle du 1er juillet 2011 et de la régionalisation avancée, au centre des préoccupations de l’Union européenne». Notons que ce cycle de formation s’articule autour de cinq objectifs visant principalement à renforcer les compétences en matière de contrôle de la gestion et des fonds publics ainsi qu’à mettre à niveau les compétences juridiques des magistrats en liaison avec la mission de contrôle de gestion.
L’échange d’expérience franco-marocain tend, par ailleurs, à améliorer le contrôle de la gestion des collectivités locales et des entités décentralisées par l’apport et l’assimilation de bonnes pratiques, au profit des magistrats des Cours régionales. Cette expérience pratique dédiée aux magistrats marocains est également le fruit de l’implication d’une trentaine d’experts français de la Cour des comptes et des Cours régionales, de la structure de développement des capacités professionnelles de la Cour des comptes du Royaume du Maroc avec le soutien de l’Unité d’appui au programme d’appui au plan d’action Maroc-Union européenne (UAP-P3A) et de la délégation de l’Union européenne au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *