Kounouz Biladi cartonne !

Kounouz Biladi cartonne sur le terrain. Le test effectué par l’équipe d’ALM, sur une quarantaine d’établissements figurant sur la liste officielle, à Agadir, Marrakech, Tanger, Béni Mellal, Casablanca, Fès et d’autres destinations est éloquent. La formule a rencontré beaucoup de succès auprès des couples marocains qui se comportent en bons touristes, dépensant en moyenne 200 dirhams par jour. Seule remarque à l’encontre de cette clientèle nationale, une propension prononcée pour les réservations de dernière minute.
le Marocain devra s’il veut profiter de ce produit qui, comme le mentionne clairement la brochure officielle, est dispensé selon les disponibilités des hôtels, planifier au moins 48 heures d’avance. Passer par une agence de voyages règle nombre de difficultés et maximise les chances de trouver des places. D’autant que, c’est connu, juillet est une saison de forte fréquentation en front de mer. Aussi, 21 hôtels sollicités sur un total de 40 disent tout simplement être pleins, pour juillet et août.
Le test mené par Aujourd’hui Le Maroc a révélé un certain nombre de choses : d’abord l’engagement des établissements se confirme sur le terrain. Les opérateurs, mêmes agenciers, trouvent dans la formule beaucoup de qualités et espèrent, pour l’année prochaine, la reconduite des mêmes ingrédients si possible sur toute l’année, de manière à en tirer le maximum. La ville d’Agadir reste naturellement la destination la plus prisée par ceux qui veulent bénéficier de la formule Kounouz. Mais presque tous les hôtels adhèrents sont pleins.
Cas de Kenzi Europa à Agadir, pourtant situé loin du front de mer, mais plein pour juillet et août. Cas aussi du Sheraton Agadir, totalement réservé jusqu’au 25 août. Dans la capitale du Souss, plusieurs packages de Kounouz ont été écoulés. Des établissements comme le Medina Palace ou l’hôtel Sahara continuent encore de vendre le produit.
Ailleurs, à Casablanca, toujours dans cette catégorie cinq étoiles, la formule Kounouz Biladi fait aussi mouche à l’image du Crown Palace, pratiquement plein. À Marrakech, le produit est encore disponible à l’Impérial Borj. Ces deux villes, contrairement à Agadir, disposent d’une offre réduite.
Plus loin vers le Sud, les disponibilités sont épuisées. Complet, le Berbère Palace de Ouarzazate n’arrive plus à répondre devant l’affluence des demandes de réservation.
À l’opposé, le Sofitel Marina Smir à Restinga essaye, comme tous les établissements du Nord, de concilier Kounouz et haute saison. Ici l’activité ne dure en tout que cinq mois. Le pic est réalisé au mois de juillet qui coïncide avec une période de forte affluence, marquée par une demande assez forte. Mais dès le mois de septembre, parasols et paillasses sont rangés pour une longue hibernation.
Chez les quatre étoiles aussi, la formule Kounouz a eu de nombreux adeptes.. À Agadir, le Tafoukt Beach a vite épuisé son stock Kounouz disponible. Idem pour l’Iberostar, revenu à son tarif normal. Seuls ont été servis les plus prévenants, ceux qui ont réservé longtemps à l’avance.
Dans les villes de l’intérieur comme Béni Mellal, loin de la frénésie des stations balnéaires, l’offre Kounouz Biladi est encore disponible, comme on l’a constaté au Chems local. Ce qui n’est pas le cas à Casablanca où la demande a aussi vite épuisé l’offre proposée. Plus de places disponibles à l’hôtel Farah et l’hôtel Al Mounia, sauf peut-être en passant par les agences de voyages qui ont toujours des stocks en réserve.
Dans la catégorie des trois étoiles à l’image de Al Bassatine à Béni Mellal, le satisfecit est quasi-général. À Agadir, l’hôtel Almohades, quant à lui, continue à offrir des packages Kounouz alors que l’Ibis Moussafir, traditionnellement plein, est revenu à ses tarifs normaux. À Casablanca, le Galaxy a du mal à faire face à la demande.
Loin de la ville blanche, les quatre étoiles de Marrakech connaissent une saison florissante. À l’exception de l’hôtel des Ouadayas et le Ryad Mogador, les autres ont vite épuisé leur offre Kounouz. Même scénario à Mohammedia que l’on croyait pourtant mal en point sur le plan touristique. Mais l’offre disponible proposée par l’hôtel Al Sabah a vite été dépassée. Très loin du centre de gravité de l’activité touristique, les hôtels quatre étoiles du Nord ont eux aussi repris leurs tarifs normaux. Ainsi, l’hôtel Al Maghrib Al Arabie à Nador, et le Shehrazade de Tanger attendent déjà les prochaines offres du programme Kounouz Biladi.
En tout, sur les quarante établissements interrogés toutes catégories confondues, 21 hôtels sont pleins.
Autrement dit plus de 50 % des établissements ont repris leurs tarifs normaux après avoir épuisé les packages de Kounouz Biladi. L’enquête révèle également que la ville d’Agadir, dont l’engagement a été très important, reste la destination favorite des Marocains. Le balnéaire attire de plus en plus de gens, beaucoup plus que les charmes du tourisme intérieur.

• Atika Haimoud et Adam Wade

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *