L aviation africaine en conclave : L emploi en formation serrée

L aviation africaine en conclave : L emploi en formation serrée

A Carrières Aero 2, le nouveau meeting annuel sur les opportunités de croissance et d’emploi offertes par les métiers de l’aviation qui s’est tenu mardi à Rabat, le ministre de l’équipement et du transport a eu, pour dire les perspectives qui s’offrent au secteur, des envolées lyriques qui ont été hautement appréciées par les opérateurs qui ont fait le voyage. «Le Maroc est un pays foncièrement africain et il volera à tire-d’aile, par-delà monts et vallées, au plus profond de l’Afrique, son terreau, à la rencontre de ses racines», a-t-il clamé sous les applaudissements. Lyrisme mis à part, la tirade du ministre résume bien les objectifs de ce meeting qui étend ceux de la première édition organisée à Rabat le 30 mai 2012 sur «les opportunités offertes par le secteur aéronautique aux jeunes talents marocains». A partir de cette aire de départ de 2012, les organisateurs ont voulu Carrières Aero 2 «agora africaine pour débattre des défis et des opportunités offertes par le secteur pour les dix prochaines années». Et, selon eux, elles sont proprement enthousiasmantes ces perspectives. A la dernière Conférence régionale de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) organisée à Marrakech en 2011, réunis pour dresser le plan de vol de l’aéronautique africaine, les experts ont prédit que «d’ici 2030, l’Afrique aura besoin de 3.800 pilotes et d’autant de mécaniciens d’avions». Et, ce nombre leur a semblé si exorbitant et la nécessité de former autant de cadres si contraignante et si urgente qu’ils en ont parlé comme d’un défi qui dépasse la capacité de tous les centres de formation du continent. Les organisateurs pensent que c’est précisément ce qui a amené l’OACI à lancer en 2009 la New generation of aviation professionals (NGAP) dans le but de faire prendre conscience à toutes les parties prenantes de l’importance de la question de la formation aéronautique dans le monde. Pour eux, ces parties prenantes c’est tout à la fois les administrations, les industriels et les prestataires de services aériens qu’ils ont invités à contribuer à l’élaboration «d’un plan d’action à même de booster la dynamique aéronautique sur tout le continent».
Aziz Rabbah a pleinement souscrit à cet appel en affirmant la disposition du Maroc à faire de Rabat la capitale de l’aéronautique africaine. Non seulement il s’est déclaré prêt à y accueillir un forum africain sur l’aviation dès le mois de septembre, mais encore il s’est engagé à aider à l’installation de centres de formation qui viendraient grossir l’infrastructure du savoir de la ville. «Capitale administrative, pôle culturel, Rabat est appelée à être également un hub aéronautique», a-t-il clamé. Un vœu qui rejoint celui formulé par les experts du ministère de l’économie et des finances qui, dans une de leurs études publiées au mois de septembre 2012, annonçaient que l’aéronautique présente un potentiel de 15.000 emplois directs dans les 3 ans à venir. Toutes choses qui ont amené les métiers de l’aviation à considérer qu’en organisant Carrières Aero 2, le but est de sensibiliser les parties prenantes, de favoriser la communication, d’authentifier les opportunités d’investissement, d’attirer les jeunes profils et de promouvoir les centres de formation africains. «Il est temps que le secteur privé prenne les choses en main dans un domaine où le principal intéressé, le ministère de l’emploi, fait montre d’attentisme et de tiédeur, a-t-on commenté dans les allées du meeting». Comme Renault-Nissan pour ce qui est de l’automobile, la dynamique engendrée par une première installation du canadien Bombardier à Casablanca devrait marquer l’entrée de l’aviation africaine dans un ciel dégagé susceptible de faciliter un plus grand rapprochement entre les pays du continent, ont estimé des retraités de l’aviation, lesquels constituent l’ossature du corps enseignant des centres marocains de formation aux professions du transport aérien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *