L Ecole d économie et de gouvernance de Rabat fait son bilan de quatre ans

L Ecole d économie  et de gouvernance de Rabat fait  son bilan de quatre ans

Quatre ans après sa création, l’Ecole d’économie et de gouvernance de Rabat (EgE) dresse son bilan. Un bilan qui se veut satisfaisant. Premier pari réussi, le lancement de son second cycle. Dénommé FIPPE (Financements internationaux des projets dans les pays émergents), ce second cycle apporte une innovation pédagogique et professionnalisante majeure. Elle consiste à mettre sur le marché des cadres avec des compétences transversales, juridiques et financières, en matière de gestion des grands projets.
La directrice exécutive de cette école, Marie Claude Azzouzi, s’est prononcée sur ce sujet lors d’un point de presse et a déclaré que «ces deuxièmes cycles ont été élaborés sur la base d’une étude sur les besoins stratégiques des secteurs public et privé».
Le projet de l’EgE s’inscrit dans une logique de contribution au renouvellement des élites marocaines avec une composante de mixité sociale bien ancrée. En partenariat avec l’Agence de développement social (ADS), l’EgE sillonne le Royaume chaque année et administre ses tests d’admission aux différents bacheliers même dans les régions les plus éloignées telles que Dakhla, Tata, Midelt, Ahfir, Tiznit, Azrou, Figuig… «Le processus d’admission permet de sélectionner les meilleurs élèves au regard de nombreux critères portant non seulement sur les aspects académiques mais également sur la volonté, la rigueur, la personnalité et l’engagement», explique Mme Azzouzi.
Autre fait marquant, la bourse d’étude. Pour l’heure, sur les 200 étudiants de l’EgE, 50% sont boursiers. «Notre modèle est unique au Maroc : ce sont des bourses sur critères sociaux pour les étudiants qui ne peuvent pas s’acquitter des frais de scolarité», indique la directrice exécutive. Globalement, l’Ecole compte aujourd’hui 39 partenaires universitaires dans le monde : en Chine, au Liban, à Taïwan, en Corée, en Argentine, aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Toute la promotion de l’EgE doit valider sa 3ème année du 1er cycle au sein de l’une de ses universités partenaires. «Notre grande fierté, c’est le lancement en 2013 de l’EgE Student Partner», assure Mme Azzouzi. Et de conclure : «Il s’agit d’une initiation aux sciences politiques, économiques et sociales, pour les lycéens marocains».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *