L ONCF réussit son semestre

L ONCF réussit son semestre

Le chiffre d’affaires de l’office national des chemins de fer (ONCF) est en constante évolution. La croissance est donc maintenue affichant au premier semestre de l’année une valeur de 1,8 milliard de dirhams, en hausse de 3,1 % par rapport à la même période de l’année passée. Tenant compte de cette performance économique, l’ONCF a fait preuve d’une bonne viabilité économique tirée par une hausse de 4,6% de l’excédent brut d’exploitation.

Cet indicateur a atteint une valeur de 872,25 millions de dirhams au premier semestre de l’année. Même ventilation pour le résultat d’exploitation excédentaire. Ce dernier s’est inscrit en hausse de 16,42 % par rapport à son niveau au premier semestre de l’année précédente. Ainsi, il a atteint à fin juin 2013 un total de l’ordre de 341,2 millions de dirhams contre 293,6 millions de dirhams enregistré une année auparavant.

Par ailleurs, la contribution de l’Office national des chemins de fer s’est nettement améliorée au titre des six premiers mois de l’année en cours. L’évaluation de la valeur ajoutée a, dans ce sens, démontré une progression de 5,6 % passant ainsi de 1,33 milliard de dirhams au premier semestre 2012 à 1,4 milliard de dirhams à fin juin 2013. De même, l’office a fait preuve d’un effort important en termes de financement de programmes d’investissement.

La capacité d’autofinancement s’est établie à 663 millions de dirhams au premier semestre grimpant ainsi de 3,6% en glissement annuel. En dehors des comptes consolidés, l’Office national des chemins de fer a réussi à préserver le rythme soutenu de son activité Transport. L’office a donc transporté au premier semestre de l’année en cours plus de 18 millions de voyageurs. Un trafic qui s’inscrit en hausse de 5,6%. En termes de fret, les trains de l’ONCF ont transporté plus de 18 millions de tonnes, confirmant ainsi le positionnement de l’office sur ce segment.

Notons que l’ONCF poursuit le déploiement de son plan de développement défini à l’horizon 2015. Portant sur un investissement de 33 milliards de dirhams, cette feuille de route est déclinée en vue de renforcer les infrastructures de transport. Citons dans ce sens la construction de la ligne à grande vitesse reliant Tanger à Kenitra ainsi que le triplement de la ligne Kenitra -Casablanca et la poursuite des travaux de la première phase du projet de mise à niveau de la ligne ferroviaire Settat-Marrakech et le renouvellement du parc du matériel roulant.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *