La BAD affine ses opérations au Maroc

La BAD affine ses opérations au Maroc

Gouvernance et infrastructures sont les deux piliers phares de l’actuelle stratégie d’intervention de la Banque africaine de développement au Maroc. La BAD qui se trouve à mi-chemin de l’exécution de ses opérations sur le territoire se réjouit de la performance économique du Royaume ainsi que de la pertinence des relations établies avec le gouvernement marocain. Les 1,8 milliard de dollars engagés, depuis 2012, par la Banque africaine ont, en effet, contribué au financement de chantiers structurants sur le plan national.

Toutefois, les mutations socio-économiques du pays imposent un réajustement des actions menées. Ce qui a poussé la BAD à affiner ses axes d’intervention pour la période 2014-2016. Une phase décisive pour les deux partenaires sachant qu’elle marquera la fin d’un cap de partenariat entre le Maroc et la banque africaine (stratégie-pays 2012-2016). Le portefeuille de la BAD pour les trois années à venir s’inscrit, par ailleurs, dans la vision décennale 2013-2022 de la Banque africaine. En améliorant la gouvernance et les infrastructures, le département de Donald Kaberuka œuvrera à stimuler la compétitivité de l’économie marocaine. L’ambition étant de parvenir à une croissance inclusive tout en assurant la redistribution de ses retombées à l’ensemble de la population.

«Les opérations de prêt pour la période restante viseront à améliorer la gouvernance encadrant les sphères : publique, économique et financière afin d’améliorer la compétitivité de l’économie et créer de l’emploi tout en améliorant l’efficience de l’utilisation des ressources publiques», indique la BAD dans sa revue tout en réitérant son soutien au programme pluriannuel de réformes du gouvernement.

La BAD accompagnera ainsi les programmes d’appui au développement du secteur financier et des assurances ainsi que les programmes d’appui à la compétitivité. L’intérêt sera également porté sur la modernisation et la compétitivité du secteur agro-industriel.

La BAD contribuerait à partir de 2015 au déroulement du diagnostic de mesure de la performance de la gestion des finances publiques. L’institution bancaire participerait également à la labélisation des programmes de formation et d’adaptation du référentiel de métiers et compétences au secteur de la logistique. En termes d’appui aux infrastructures, la BAD accordera une grande importance aux facteurs de production essentiels tels que l’eau, l’énergie et les transports. «L’appui à ces investissements se fera de manière à promouvoir la dimension verte et les partenariats publics-privés», souligne dans ce sens la BAD.

Et de conclure que «l’appui aux infrastructures se fera de manière à développer les zones permettant d’intégrer le Maroc dans les chaînes de valeur régionales et mondiales (port) tout en les connectant à l’hinterland marocain».
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *