La BAD approuve un prêt de 25 millions de dollars pour le Maroc

La BAD approuve un prêt de 25 millions de dollars pour le Maroc

Phase I du projet d’énergie solaire concentrée de Midelt

Le Maroc contracte un nouveau prêt de la Banque africaine de développement (BAD). 25 millions de dollars est le montant approuvé par le Fonds d’investissements climatique dont la Bad est l’une des agences d’exécution, en faveur d’un projet solaire hybride au niveau national. Ce prêt relève du Fonds de technologie propre (CTF). Il servira ainsi au financement d’un projet visant à générer de l’énergie solaire à travers une solution hybride d’énergie solaire concentrée et photovoltaïque. Citons en l’occurrence la phase I du projet d’énergie solaire concentrée de Midelt.

«Ce projet est soutenu conjointement par la Banque Africaine de développement et la banque mondiale avec une allocation additionnelle de 25 millions de dollars puisés dans les ressources de (CTF)», relève-t-on de la dernière communication de la banque africaine. Le projet porte sur deux usines distinctes d’énergie solaire concentrée. Chacune d’entre elles est dotée d’une capacité de 150-190 mégawats et un stockage thermique de 5 heures au minimum. S’agissant de la composante photovoltaïque, la capacité prévue pourrait atteindre les 150 à 210 mégawatts. Ceci rendrait la capacité totale de chaque usine proposée à 300, voire 400 mégawatts. La capacité totale de cette première phase oscillerait pour sa part entre 600 et 800 mégawatts. «Ce projet pourrait servir de modèle pour les pays voisins. Ce projet, relevant du grand chantier Noor, augmentera le développement de l’énergie solaire. Il contribuera ainsi à diversifier le mix énergétique du Maroc et renforcer par ailleurs sa sécurité énergétique», souligne à cet effet Anthony Nyong, directeur du changement climatique et de la croissance verte à la Banque africaine de développement.

Ce projet innovant est le fruit d’un partenariat public-privé alliant Masen, Groupe chargé de piloter les énergies renouvelables au Maroc, aux promoteurs du secteur privé. Notons que ledit projet contribuera fortement à atteindre les objectifs du Maroc d’ici 2030, 52% du mix énergétique contribuant ainsi au développement industriel et au renforcement de la compétitivité du Royaume.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *