La baie de tous les appétits

La baie de tous les appétits

Les tractations entre le TO allemand TUI, leader mondial de l’industrie des voyages, et le groupe CMKD, investisseur immobilier et hôtelier au Maroc,  vont bon train. Une réunion de travail a eu lieu entre les staff des deux entités dans un hôtel casablancais, en date du mardi 27 septembre 2005. Si rien n’a filtré de cette entrevue marathonienne, en revanche, selon une voix non autorisée proche du Top management du CMKD, le Tour Opérateur allemand souhaite rejoindre le consortium en lice pour Taghazout en prenant au moins 10% des parts.
Un autre groupe hôtelier espagnol dont le nom n’a pas été dévoilé est aussi sur le point de rejoindre le consortium comprenant, outre le CMKD (34%) en tant qu’investisseur, l’aménageur Maroc Hotel Villages (MHV) filiale de la CDG (34%), et la banque Attijariwafa bank en tant que financier. «Nous voulons être un consortium aussi complet que possible, réunissant tous les métiers du tourisme», déclare la même source.  TUI est déjà présent à Agadir, en tant que partenaire de référence de Holidays Services.
Rappelons que le consortium conduit par le CMKD qui a répondu à l’appel à manifestation d’intérêt lancé en mai dernier par le ministère du Tourisme, via la Société nationale d’aménagement de la baie d’Agadir (Sonaba) est l’un des sept groupements retenus (15 juillet 2005) pour la reprise des 600 hectares de Taghazout.
Les partenaires ont encore jusqu’au 8 octobre avant de boucler la composition de leur consortium. Les offres définitives seront remises au ministère du Tourisme, fin janvier 2006.
Il est donc assez tôt pour savoir qui du fonds d’investissement américain Colony Capital LLC, spécialiste de l’investissement hôtelier et de l’industrie des loisirs, de Bouygues Bâtiment International, leader français du BTP, de Fadesa Maroc, déjà retenu pour la station Azur de Saidia, Satocan-Lopesan, consortium ibérique intègré, de Turicomplex- Cororasa, des Iles Canaries ou encore  de Ynna Holding (Groupe Châabi), remportera la course.
Interrogé sur les chances du consortium conduit par le CMKD et la CDG, à ce sujet, Ali Ghannam, directeur de développement des hôtels du groupe, a préféré ironiser : «Je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois !», a-t-il dit. Par contre, le manager confirme bel et bien l’information publiée hier par ALM concernant l’augmentation du capital initié par la partie koweïtienne du CMKD, qui contrôle 83% des parts.
En tout, ce sont 15 millions de dollars d’augmentation qui ont été décidés. Une option déjà approuvée par les autres membres du consortium qui suivront. Ce qui portera l’augmentation finale à 168 millions de dirhams. Autant pour rénover complètement l’hôtel Farah de Casablanca et agrandir celui de Marrakech de 80 chambres supplémentaires. Pour leur part, les établissements du groupe à Safi, Khourigba et Rabat ont connu  d’importantes rénovations. Ce dernier établissement est devenu même un important centre de congrès et de conférences, réalisant désormais plus de chiffres d’affaires sur ce créneau que le Farah Casablanca.
A noter que c’est la deuxième fois, en trois ans, que le CMKD procède à une augmentation de capital. A l’époque, l’opération avait porté sur 30 millions de dollars.  Engagé dans deux nouvelles zones immobilières, dont un dédié moyen standing sur un terrain jouxtant le boulevard de la Résistance, le CMKD est plus que jamais engagé dans la voie de la diversification avec  des ambitions de plus en plus affirmées pour les finances.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *