La Banque mondiale élargit son appui technique aux TPME du Mena : Le Maroc fait partie des pays cibles

La Banque mondiale élargit son appui technique aux TPME du Mena : Le Maroc fait partie des pays cibles

Après une première phase réussie dans 7 pays du Mena dont le Maroc, le Groupe Banque mondiale et ses partenaires renforcent leurs actions en faveur des Très petites et moyennes entreprises (TPME).

L’institution financière internationale, en partenariat avec les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse, ouvre un nouveau chapitre du programme d’aide technique visant à aider les TPME à améliorer leur accès au financement et à promouvoir la création d’emplois durables dans la région Mena. Il s’agit d’un dispositif quinquennal, mis en œuvre par la Banque mondiale et la SFI, axé sur des projets de conseils régionaux ciblés et des initiatives nationales et ce dans l’optique de dynamiser les TPME au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, en Irak, en Jordanie, au Liban ainsi qu’en Cisjordanie et Gaza. La finalité étant de rebooster la capacité de croissance des TPME qui se voit en effet limitée par les difficultés d’accéder à l’offre financière.

Le recours au crédit par cette catégorie d’entreprises, à forte prépondérance dans l’économie de la région, reste toujours faible.

Chose qui freine leur élan et entrave leur développement. «Un secteur des TPME fort peut générer des emplois et des opportunités économiques pour les femmes, favoriser l’innovation et mettre à contribution l’énergie de la jeunesse de manière productive» relève-t-on de Ceyla Pazarbasioglu, vice-présidente du pôle croissance équitable, finance et institutions du Groupe Banque mondiale.

Et de poursuivre que «l’engagement en faveur des entrepreneurs vise à contribuer au renforcement des économies de la région MENA dans leurs efforts afin de promouvoir l’accès aux services financiers numériques».

Focus sur les femmes entrepreneures

Pour cette deuxième phase du programme d’aide technique, le Groupe Banque mondiale et ses partenaires ont choisi d’axer les initiatives à engager sur l’expérience acquise dans le cadre du précédent projet ayant couvert la période 2012-2018. Le focus sera fait en particulier sur le soutien aux femmes entrepreneures. L’accompagnement s’appuiera sur le digital pour stimuler leur inclusion financière.  Notons que ce programme est basé sur une approche intégrée qui permet d’améliorer l’accès des TPME au crédit. La vision étant de mettre en place un environnement favorable, de développer des infrastructures des marchés financiers et de renforcer les capacités techniques et financières des intermédiaires financiers.

Des résultats probants en première phase

Rappelons qu’en première phase, le programme a ciblé les TPME du Maroc, de la Tunisie, de l’Egypte, de la Jordanie, de la Cisjordanie et Gaza, de la Libye et du Liban. Cette phase a été couronnée par le lancement de 80 projets ayant eu des retombées importantes. Citons à cet effet le décaissement de 5.247.647 micros crédits dans les pays concernés bénéficiant à 58% de femmes. On note par ailleurs le décaissement de 69.075 prêts aux PME, soit un encours global de 7,9 milliards de dollars.

De même, les lignes de crédits accordées par la Banque mondiale sur ladite période ont permis de créer 336.867 emplois dans les pays cibles. Au terme de cette phase, 18 lois et réglementations ont été promulguées ainsi que 100 entités et 2.356 TPME ont bénéficié des services d’assistance technique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *