La Banque mondiale réitère ses engagements pour l’agriculture marocaine

La Banque mondiale réitère ses engagements pour l’agriculture marocaine

2ème conférence mondiale de l’Organisation mondiale de la santé animale

Juerguen Voegele a mis en avant l’importance de faire le point à l’approche de la fin de chaque stratégie pour évaluer et redémarrer sur des bases qui soient en phase avec les nouveaux défis.

Au Maroc, l’agriculture est une priorité pour la Banque mondiale. L’institution financière internationale réitère son engagement pour accompagner le Royaume pour son nouveau cap agricole. Une ambition confirmée par Juerguen Voegele, directeur principal des pratiques mondiales pour l’agriculture au sein de l’Institution financière internationale. «Nous voulons accompagner, au sein de la Banque mondiale, la façon dont vous concevez les choses dans le secteur agricole», a souligné M. Voegele dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, en marge de l’ouverture des travaux de la 2ème conférence mondiale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) sur  «la résistance aux antimicrobiens (AMR) et l’utilisation prudente des agents antimicrobiens chez les animaux».

Le responsable de la Banque mondiale a mis en exergue la stratégie mise en œuvre par le Royaume dans le domaine agricole, en l’occurrence le Plan Maroc Vert (PMV), expliquant qu’une stratégie agricole ne peut pas être efficace sur une courte durée. Il a, par ailleurs, souligné que le Maroc peut servir de modèle pour beaucoup de pays africains et dans la région, tout en saluant le processus d’évaluation du Plan Maroc Vert lancé par le ministère, à deux années seulement de son échéance.

Juerguen Voegele a également mis en avant l’importance de faire le point à l’approche de la fin de chaque stratégie pour évaluer et redémarrer sur des bases qui soient en phase avec les nouveaux défis. «Les enjeux que le Maroc appréhende actuellement, conformément aux Hautes orientations royales, sont aussi pour nous les plus préoccupants et les plus importants», conclut M. Voegele.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *