La Banque mondiale s’engage pour un Maroc écolo

La Banque mondiale s’engage pour un Maroc écolo

La Banque mondiale (BM) vient d’approuver des prêts en faveur du projet de centrale solaire à concentration (CSP) de Ouarzazate. Ces prêts d’une valeur globale de 297 millions de dollars sont destinés à aider le Maroc à financer ledit projet. Ainsi, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, branche du Groupe de la Banque mondiale qui octroie des prêts aux gouvernements des pays en développement, accordera au Maroc un prêt de 200 millions de dollars, tandis que le Fonds pour les technologies propres fournira un prêt de 97 millions de dollars. Il s’agit, donc, d’une avancée historique vers la réalisation d’une des premières centrales nord-africaines à grande échelle de ce type visant à exploiter les vastes ressources en énergie solaire de la région. Selon un communiqué de presse de l’institution internationale publié à Washington en date du jeudi 17 novembre, ce prêt va permettre au Maroc de montrer la voie en réalisant le premier projet du plan de développement à faible intensité en carbone dans le cadre de l’ambitieux programme de développement des CSP au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. «La Banque mondiale est fière d’apporter le financement nécessaire à la réalisation de cet investissement de grande envergure dans une énergie renouvelable», a déclaré, dans le communiqué, Robert Zoellick, président du Groupe de la Banque mondiale. Et de poursuivre, «Ouarzazate, qui confirme l’engagement du Maroc en faveur d’une croissance à faible intensité de carbone, pourra démontrer l’énorme potentiel de l’énergie solaire dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Dans le contexte actuel de transformation de l’Afrique du Nord, ce projet solaire permettra de développer le potentiel technologique, de créer de nombreux emplois dans la région, d’aider l’Union européenne à atteindre ses objectifs d’énergie à faible émission de carbone et d’accroître l’intégration économique et énergétique de la zone Méditerranée. C’est une solution gagnante sur de multiples plans». Pour rappel, la Banque mondiale appuie le Plan national d’énergie solaire du Maroc depuis son lancement en 2009. Elle consent, donc, ce prêt important pour cofinancer le développement et la construction de la première phase du projet de centrale à capteurs cylindro-paraboliques de Ouarzazate, dans le cadre d’un partenariat public-privé entre l’Agence marocaine d’énergie solaire (MASEN) et un partenaire privé. Aussi, cette contribution se place dans le droit fil de  son engagement à intensifier les financements qui aident les pays en développement à emprunter la voie d’un développement à faible taux d’émission, conclu le communiqué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *