La BCP mise sur l’agence

Cela n’a rien d’absolument nouveau. La Banque Populaire a la réputation d’être une institution de proximité. Un choix qu’elle s’est fixé depuis longtemps. Celui de s’implanter dans les régions les plus lointaines et les plus isolées du pays dans l’ultime objectif de mériter le nom qu’elle porte.
Aujourd’hui, la Banque Centrale Populaire ne veut plus se contenter d’étoffer son réseau, mais compte attribuer à l’agence un rôle beaucoup plus important, celui du fer de lance de l’ensemble du groupe. Son plan de développement quadriennal 2002-2005 y fait clairement référence. Dans ce cadre, elle cible les différents types de clientèles, notamment les entreprises, les professionnels, les particuliers et les Marocains résidant à l’étranger.
Dernièrement par exemple, La Banque Centrale Populaire avait conclu avec le ministère du Commerce et de l’Industrie une convention portant sur le financement de la modernisation du commerce traditionnel. Dans le cadre de cet accord, la banque s’engage à accorder des crédits préférentiels aux commerçants spécialisés dans l’alimentation générale. Le but est de leur permettre de réaménager leurs locaux et s’enquérir des équipements à même de garantir la conservation de leurs produits.
L’approche d’un grand éventail de clientèle suppose et la BCP en est consciente, qu’une nouvelle organisation de l’agence et de nouvelles procédures et systèmes d’animation soient adoptés au préalable. Les agences et les délégations régionales sont appelées en outre à opter pour un nouveau mode de gestion des rapports avec la clientèle à travers notamment une meilleure connaissance de leur environnement territorial. « Ce choix stratégique visant un élargissement progressif des attributions de l’agence trouvera appui sur les nombreux atouts du groupe en matière de bancarisation, de collecte de l’épargne (…) et également son expérience de soutien aux opérateurs économiques régionaux et locaux », ont laissé entendre les responsables du groupe lors d’une rencontre tenue dernièrement à Casablanca.
Réunissant 427 responsables d’agences et 27 délégués régionaux à l’étranger, le terme région revenait comme un refrain dans les différentes interventions. Et pour cause, tout laisse croire que la région ne tardera pas à monter au créneau.
L’édification de la région en tant que qu’espace politique, économique et social à larges compétences décentralisées et la mise en oeuvre de la réforme du Crédit Populaire du Maroc, se traduisant par la mise en place progressive d’une nouvelle structure du groupe forme l’un de ses objectifs les plus prioritaires.
Sur le plan de la logistique, il est prévu dans le plan de développement du groupe de procéder à l’ouverture d’une quarantaine d’agences par an, en vue d’atteindre 540 points de vente aux horizons 2005.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *