La BCP sera introduite en Bourse en septembre, selon Oualalou

Axée sur les perspectives de croissance de l’économie nationale, la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc à Casablanca a invité, le jeudi 29 janvier, le ministre des Finances et de la Privatisation, Fathallah Oualalou. Son intervention a porté sur les réformes qualitatives de l’économie marocaine et l’ouverture sur la globalisation qui, selon Oualalou, constituent l’objectif central de la loi de Finances pour l’exercice 2004.
Pour le ministre, la loi de Finances 2004 est une capitalisation des actions politico-économiques devant être menées en 2004. De leurs côtés, les membres de la CFCIM ont fait part de leur lecture de la loi de Finances. Tout en reconnaissant ses bienfaits, ils n’ont pas manqué de rappeler que les avantages fiscaux restent limités. Les interrogations au sujet d’un déficit restreint étaient nombreuses. M. Oualalou a résumé les nouveaux éléments de l’actuelle loi de Finances en quatre grands axes : la réalisation des grands projets d’infrastructures, la consolidation de la politique de solidarité, l’accompagnement du secteur privé avec la mise en place d’un cadre de fiscalité adéquate et une réforme de la fiscalité locale outre l’amélioration du secteur de transport des marchandises.
Le budget 2004 prévoit également la mise en place de mécanismes redéfinissant le rôle des entreprises publiques en charge de l’habitat, la réforme du régime de retraite et des fonds de pension. Abordant l’avenir de Bank Al Maghrib, le ministre a précisé que cette institution deviendra, en vertu de ces réformes, une entité autonome (banque universelle) et se désengagera des entreprises financières. Côté annonce, Oualalou a laissé entendre que la Banque Centrale Populaire serait introduite à la Bourse de Casablanca en septembre prochain. Les discussions avec Vivendi portent, certes sur l’acquisition des 16 % supplémentaires dans Maroc Telecom, mais aussi le scénario d’ouverture sur la Bourse est considéré. La privatisation touchera la Comanav, les sucreries et la Société nationale de dragage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *