La BM finance deux projets stratégiques

La Banque Mondiale est très attentive aux efforts déployés par le Maroc dans plusieurs domaines. En accordant deux crédits d’un montant de 97,6 millions de dollars, l’institution internationale met fin ainsi aux spéculations selon lesquelles, elle serait en désaccord avec la politique économique engagée par le gouvernement. Si à un certain moment les rapports de la Banque avec le Maroc n’étaient pas au top niveau notamment en ce qui concerne le processus de libéralisation de la téléphonie fixe, les deux parties veulent aujourd’hui renforcer leur coopération. D’où les accords de prêts qui viennent d’être conclus entre le ministre de l’Economie, des Finances et du tourisme, Fathallah Oualalou, et Olivier Gordon, chef du bureau de la Banque Mondiale au Maroc.
Le premier accord porte sur un crédit de 65 millions de dollars. Il concerne le financement du programme de développement du secteur de l’infrastructure de l’information. L’objectif étant d’appuyer les réformes déjà entamées dans le cadre du programme d’ajustement des secteurs des télécommunications, de la poste et des technologies de l’information. Notons que le programme en question a déjà bénéficié d’un fonds de la BIRD de l’ordre de 100 millions de dollars.
Concernant le deuxième prêt d’une enveloppe de 32,6 millions de dollars, il sera alloué au financement de la réalisation de la première phase du programme de développement rural intégré, centré sur la petite et moyenne hydraulique. Ce programme vise la réhabilitation et la modernisation de 9540 hectares dans les provinces d’Azilal, khénifra et El haouz. Les auteurs de ce programme ciblant quinze provinces visent à atteindre une superficie de petites et moyennes hydrauliques intégrées et modernisées d’environ 46000 héctares.
Selon l’argentier du royaume, les deux programmes financés par la Banque Mondiale requièrent un caractère stratégique. d’apporter une contribution essentielle à l’accélération de la croissance économique et à la réduction des disparités sociales et régionales dans le pays. De son côté, le Secrétaire d’Etat chargé de la poste et des technologies des télécommunications, Nasr Hajji a souligné l’accord portant sur le développement du secteur de l’infrastructure de l’information s’inscrit en droite ligne avec l’approche du gouvernement visant la généralisation des nouvelles technologies de l’information.
Quant à Mohamed Benabderrazik, Secrétaire général du ministère de l’agriculture, du développement rural et des eaux et forêts, il a souligné que le deuxième accord avec la Banque correspond va dans le sens de l’approche du royaume en matière de développement rural intégré visant à réduire la pauvreté et les disparités sociales en milieu rural.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *