La BMCI entre bientôt dans l ère du mobile banking

La BMCI entre bientôt dans l ère du mobile banking

La BMCI fait preuve d’une solidité à toute épreuve. «Les résultats 2012 sont dans la situation économique des résultats importants et placent la BMCI dans une position plutôt favorable en termes de solidité financière», a expliqué Jacques Ardant, président du directoire de la BMCI, lors d’une conférence de presse tenue, lundi 8 avril, à Casablanca. Ainsi, en dépit d’une conjoncture difficile, le Groupe BMCI a continué ses efforts d’investissement marqués par le développement du réseau, la modernisation des plates-formes informatiques ainsi que l’optimisation des canaux de distribution et tout en renforçant sa solidité financière en anticipant sur l’application effective des nouvelles règles de solvabilité. À cet effet, François Guillon, directeur chargé des particuliers et professionnels de la BMCI, souligne de son côté: «Nous avons capitalisé sur l’expérience du Groupe BNP Parisbas pour procéder au développement d’un outil que nous avons appelé le «multicanal». Cet outil permet aux clients de disposer d’horaires d’accès élargis grâce au centre de relation clientèle, la gratuité de BMCI Net et la possibilité de gérer leurs comptes à distance et gratuitement à travers le serveur vocal». Et de poursuivre : «Aujourd’hui nous sommes en train de développer en plus du e-banking, le mobile banking que nous espérons lancer dans quelques mois». En commentaire, M. Ardant a expliqué que la BMCI poursuit avec dynamisme sa modernisation avec l’appui de son actionnaire de référence BNP Parisbas qui lui apporte tout son savoir-faire. Et de poursuivre : «en termes d’évolution de l’emploi et des ressources, nous faisons à l’image du marché des évolutions intéressantes. En effet, notre PNB et sa progression nous ont permis de compenser l’augmentation de nos frais généraux en conséquence des investissements très lourds de modernisation que nous faisons depuis plusieurs années. Et ce sont des investissements à caractère humain, puisque nous avons embauché depuis 2010 plus de 1.000 personnes ce qui est très important pour la société et que ces personnes nous les avons intégrés, nous les formons et puis en 2012, nous avons eu pour elles plus de 110.000 heures de formation ce qui pèse sur nos frais généraux». Cependant, les investissements n’ont pas concerné uniquement le volet humain. «Nous avons également investi dans les plates-formes informatiques, les centres de relation clientèle et notre réseau d’agences. D’ailleurs, nous continuons à ouvrir des agences de façon importante pour répondre à la bancarisation du pays et améliorer notre part de guichet. Je pense que dans ces conditions là, faire un résultat stable d’une année sur l’autre est une bonne performance pour le groupe d’autant plus que, parallèlement, nous avons atteint des ratios de solvabilité largement supérieurs au minimum requis par la banque centrale pour le 30 juin 2013. Donc, nous avons largement anticipé puisque nous sommes maintenant à un ratio de 13% au niveau du groupe alors que la banque centrale ne demande que du 12%, et encore, dans six mois», a conclu M. Ardant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *