La Bourse américaine relève la tête

La bourse américaine a connu mercredi dernier une spectaculaire embellie après des semaines de morosité, grâce aux bons résultats de la société américaine de haute technologie Cisco Systems, faisant espérer que cette envolée des cours marque le début d’une nouvelle tendance à la hausse.
La bourse électronique Nasdaq, repère des grands noms de la haute technologie, a enregistré la septième plus forte hausse de son histoire avec un gain de 7,78% à 1696,29 points, sa clôture la plus élevée depuis le 25 avril. Le Djia, principal indicateur de Wall Street, a gagné 3,10% à 10.141,83 points, son plus haut depuis le 19 avril. Il s’agit de la meilleure performance journalière du djia depuis le 24 septembre, une semaine après la reprise des transactions suite aux attentats du 11 septembre à New York et Washington.
Le gain du Nasdaq, le plus important depuis la progression de 8,92% enregistrée il y a 13 mois, le 5 avril 2001, lui a permis de récupérer plus de la moitié du terrain perdu depuis le 22 avril dernier (-12,41%) en raison des préoccupations sur l’état de santé de l’économie américaine et son impact sur les résultats des sociétés. «On a beaucoup dit que l’économie allait mieux, mais ce n’était pas reflété par (les résultats des) sociétés», a indiqué Gary Thayer, Economiste de la maison de courtage AG Edwards. Mais finalement, «la nouvelle de Cisco et les bons chiffres de la productivité hier (+8,6% au premier trimestre) ont attiré l’attention des gens», a-t-il déclaré. Alors que les investisseurs boursiers étaient déprimés par les prévisions prudentes ou pessimistes de nombreuses sociétés de haute technologie que la reprise économique semblait ignorer, ils ont pris prétexte mercredi des bons résultats de Cisco et des déclarations encourageantes de son PDG pour se précipiter massivement sur les titres boursiers.
La réaction des investisseurs à l’annonce de Cisco reflète «à quel point» le marché boursier est sous-évalué et «à quel point les opérateurs ont besoin de nouvelles positives», a souligné Larry Wachtel, analyste de Prudential securities. La performance de mercredi «pourrait représenter un changement de la psychologie du marché qui pourrait nous porter pendant un moment », a suggéré Gary Thayer. Mais les experts soulignent que tout est encore à faire. Le Nasdaq reste inférieur de 17,63% à son plus haut de l’année 2002 établi le 4 janvier (2.059,38 points), et le djia de 4,6% comparativement à son sommet du 19 mars (10.635,25 points).
De nombreux facteurs comme les tensions au Proche-Orient, la situation en Afghanistan et avec l’Irak, et les accusations de conflit d’intérêts pesant sur les firmes de Wall Street, sont autant de raisons pour les investisseurs de rester prudents, a souligné Arthur Hogan, analyste de la maison Jefferies. «Mais c’est un bon début», a-t-il reconnu en estimant que le marché boursier pourrait avoir touché le fond. «Pour le moment ce sont les investisseurs les plus agressifs qui sont devenus des croyants. Si on a plus de bonnes nouvelles, alors les autres investisseurs y croiront aussi», a conclu Gary Thayer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *