La Bourse de Paris en zone d’incertitude

L’indice parisien a repris 2,09% sur la semaine écoulée pour finir à 5.537,84 points, n’effaçant qu’une partie des pertes essuyées la semaine précédente (-5,10%) et restant en recul de 0,07% depuis le début de l’année.
Selon des professionnels, le marché a profité de résultats globalement supérieurs aux attentes et d’une chasse aux bonnes affaires, après le brutal coup de frein des places mondiales, malgré des statistiques américaines une nouvelle fois contrastées.
Plusieurs économistes s’attendent à une nouvelle vague de baisses, notamment celles d’Ixis Securities, selon lesquelles un retour du CAC 40 «à 5.425 points puis à 5.260 points» devrait intervenir après les derniers résultats. Dans la semaine écoulée, les créations d’emplois aux Etats-Unis ont sans surprise reculé à 97.000 en février après 146.000 en janvier (chiffre révisé), confirmant le ralentissement général de la première économie mondiale, toujours affectée par la crise de l’immobilier résidentiel.
«Tant que les créations d’emplois restent solides, le risque de défaut de paiement des ménages sur leurs crédits hypothécaires sera limité et une récession peu probable», ont toutefois assuré les économistes de la maison de courtage Aurel Leven.
Une nouvelle série de statistiques est attendue la cette semaine aux Etats-Unis, notamment les ventes de détail et les stocks des entreprises en février, mardi, les prix à l’importation de janvier, mercredi, les prix à la production de février, jeudi, et l’inflation de février vendredi. «Les chiffres sur les prix seront très regardés, parce que les investisseurs auront déjà à l’esprit la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine le 21 mars», a commenté le stratégiste d’une société de Bourse indépendante, qui préfère rester anonyme. Les indicateurs européens seront moins suivis, à l’exception de l’indice de confiance ZEW publié mardi en Allemagne, tandis que la campagne électorale française «risque d’induire une période de flottement sur les marchés, incités à l’attentisme», selon M. Riverain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *