La Bourse retrouve des couleurs

Beaucoup de candidats pour l’introduction à la Bourse en 2005. A commencer par le fonds d’investissement RISMA, lequel a réitéré lors de son dernier Conseil d’administration tenu le mardi 23 novembre son intention de s’introduire en Bourse en septembre 2005.
Objectif avoués des partenaires, Accor (environ 40% du fonds) et les institutionnels BMCE, CFG entre autres, trouver un meilleur appui pour financer les projets initiés par le groupe hôtelier. Avec Risma, le secteur touristique marocain connaîtrait sa première introduction. Autre activité qui compte peu de titres en Bourse, le secteur du transport. Cela ne sera plus le cas l’année prochaine, puisque la Comanav et l’IMTC comptent toutes deux s’inscrire à la cote rejoignant ainsi la CTM. Le président de l’IMTC, le commandant Mohamed Karia, est même formelle: «L’opération se déroulera dès le mois d’avril 2005», déclare-t-il à ALM.
Les études et les démarches se feront avec la Société Générale et la BMCE. «L’introduction en Bourse est pour nous d’abord une question d’évolution. Nous sommes une société familiale au départ. Aujourd’hui, nous avons atteint une certaine maturité sur le plan national et international. Nous nous devions donc de franchir cette étape», poursuit le commandant Karia.
Reste à connaître la valorisation de l’IMTC. Le groupe compte actuellement 5 sociétés spécialisées dans les métiers d’armement, d’opérations portuaires, de représentations et de représentation de navires et de logistiques conteneurs. A la fin 2003, le chiffres d’affaires consolidé de l’IMTC a atteint 814 millions de dirhams.
Quant à la Comanav, sa privatisation qui sera suivie par une introduction en Bourse est programmée à la fin 2005, après un repos justifié par les contraintes d’un calendrier chargé.
La valorisation de la compagnie, d’après un analyste de la place, serait de l’ordre de 1,7 milliard de dirhams. Un chiffre à revoir à la hausse compte tenu des nouvelles acquisitions de la compagnie, notamment Marbar, société de manutention, qui replace le groupe en bonne posture par rapport à Tanger Med et à la nouvelle distribution des rôles qui naîtra des réformes portuaires. Avant Marbar, la Comanav détenait 35 à 40% du marché de la manutention.
La Comanav détient actuellement 30% du marché national avec huit lignes régulières et plus d’un million de passagers transportés par an. Dans le fret marchandises, la compagnie détient 40% des parts de marché sur l’Atlantique et 20% sur la Méditerranée.
Autre grosse cylindrée à caresser le rêve de la Bourse : la Lydec. De quoi faire oublier les retraits d’EDF et d’Endesa remplacés dans le tour de table par la CDG et Al Wataniya. La date du premier semestre 2005 est d’ores et déjà retenue mais n’est pas définitive. Là aussi, ce sera une première dans le secteur de distribution d’eau et d’électricité. Mais la complexité de la nature juridique de la Lydec SA doublée de son mode de gestion contractuel ne seront pas pour hâter les démarches selon les observateurs.
La liste des candidats ne s’arrête pas là. Cela va du groupe Meditel au groupe Al Wataniya RMA, qui fêtera ainsi son regroupement à la cote en passant par Somepi Texaco et bien d’autres encore. Après Unimer et IB Maroc en 2001, dernières à s’être introduites, c’est donc une nouvelle page qui s’ouvre pour la Bourse de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *