La campagne de collecte de blé tendre se poursuit dans « de bonnes conditions »

La campagne de collecte de blé tendre se poursuit dans « de bonnes conditions »

La campagne de collecte du blé tendre provenant de la production nationale se poursuit dans « de bonnes conditions », atteignant 13,9 millions de quintaux (Mqx) à la fin de la première semaine d’août, assurent jeudi le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime et l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL) dans un communiqué.
« La collecte par les minotiers et les opérateurs céréaliers déclarés à l’ONICL a même dépassé les prévisions initiales grâce aux mesures prises par le gouvernement pour soutenir les prix payés aux producteurs et la bonne qualité caractérisant le blé national lors de cette campagne », selon les mêmes sources.
Après avoir atteint son maximum à fin juin, cette année, grâce au stock de report relativement important et au bon déroulement de la collecte, le stock en blé tendre détenu par les opérateurs devrait rester à fin août à un niveau très confortable de 17,5 Mqx, soit l’équivalent de plus de 4 mois d’écrasement des minoteries industrielles.
En comparaison avec la campagne précédente où la production nationale était pourtant nettement supérieure (42 Mqx au lieu de 27 Mqx cette année), le stock détenu par le Maroc à fin août 2011 était de 18,6 Mqx et n’a permis un recours aux importations qu’à partir de la deuxième quinzaine de novembre.
Compte tenu des engagements du Royaume dans le cadre des accords de libre-échange avec les Etats-Unis et l’Union européenne, le Maroc doit lancer des appels d’offres pour importer du blé tendre sous des conditions douanières préférentielles, précise-t-on de même source.
Les conditions de lancement de ces appels d’offres et la taille de ces contingents dépendent de l’importance de la production nationale.
« Les derniers appels d’offres du 13 et 15 août 2012 pour l’utilisation du contingent américain et européen se sont distingués par une absence d’offres par les importateurs à cause de prix de revient jugés moins compétitifs par rapport aux prix des blés offerts sur le marché local et compte tenu de leur disponibilité », note le communiqué.
Une partie seulement des importations est effectuée dans le cadre des accords de libre échange pour lesquels l’ONICL lance les appels d’offres. Les importations dans le cadre de ces accords sont effectuées par les importateurs qui choisissent librement leurs fournisseurs selon les opportunités présentées.
A ce titre, les principaux pays fournisseurs de céréales au Maroc (dont les USA et l’UE), n’ont jamais eu recours aux restrictions de leurs exportations et en particulier pour le Maroc auquel ils accordent un intérêt particulier. Ainsi, « toute présomption de restriction des exportations de céréales par ces pays vers le Maroc est sans fondement », tiennent à assurer les mêmes sources.
« Le gouvernement continuera de suivre de près la situation de la collecte, l’évolution du stock du pays en blé tendre, ainsi que celle des fondamentaux du marché mondial et ne devra recourir de nouveau aux importations qu’après l’écoulement de la plus grande partie de la récolte nationale », ajoute-t-on.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *