La CGEM pointe du doigt le retard de la refonte de la charte de l’investissement

La CGEM pointe du doigt le retard de la refonte de la charte de l’investissement

Au moment où les différents intervenants au secteur de l’investissement louent les opportunités qu’offre le Maroc en la matière, la CGEM insiste sur l’existence d’un cadre juridique transparent et non discriminatoire. «La refonte de la charte de l’investissement est urgente ! ».

Ainsi a martelé Salaheddine El Kadmiri, vice-président de la confédération, lors de la séance inaugurale de la conférence internationale consacrée, mercredi à Skhirate, à l’investissement au Maroc, par le groupe de la Banque islamique de développement dont le pays est membre en collaboration avec le partenariat de Deauville.

Ces réformes juridiques, y compris la charte dont la refonte tarde à voir le jour, sont, aux yeux de M. El Kadmiri, importantes non seulement pour les investisseurs étrangers mais aussi nationaux. Il a saisi cette rencontre pour appeler à la réduction de l’informel afin de rendre notre vision économique performante. «La visibilité, la fiabilité et la confiance constituent un moteur nécessaire à l’investissement», a-t-il précisé. Du côté des responsables, les choses ne sont pas prises à la légère.

«Le gouvernement collabore étroitement avec la CGEM afin que la charte d’investissement puisse voir le jour», s’est montré rassurant Idriss Azami Al Idrissi, ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances chargé du Budget, lors d’une conférence de presse tenue après la séance d’ouverture. Un événement marqué par la signature d’un protocole d’accord entre la Société islamique de développement du secteur privé (SID) et le Fonds Al Ajial destiné à co-investir dans des potentiels projets du secteur privé au Maroc.

«La SID a été particulièrement intéressée par l’expérience d’Al Ajial Funds dans le soutien du secteur privé au Maroc et par son dossier solide de réalisations réussies. L’union de nos efforts pour soutenir le développement du secteur privé au Maroc est une étape importante pour la stratégie d’investissement de la SID au Maroc», a indiqué Khaled Al Aboodi, directeur général de la société. Cette rencontre était parallèlement l’occasion d’évoquer la création des banques islamiques fort attendues au Maroc.

Dans ce sens, les initiateurs ont expliqué que les négociations sont toujours en cours avec le gouvernement marocain à cet effet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *