La chaîne Farah marque son renouveau

Les hôtels Farah bouclent leur programme de rénovation. Les chantiers de réfection et de renouvellement des équipements avaient été entrepris dans les cinq hôtels du groupe au terme d’une convention d’investissement de 200 millions de dirhams, signée avec l’Etat marocain en octobre 2002.
Actuellement, déclare Ali Ghannam, directeur Hotels du CMKD, lors d’une conférence de presse tenue mardi à l’hôtel Farah Casablanca, «ce montant initial a été largement épuisé. Les investissements concédés dépassent aujourd’hui les 300 millions de dirhams».
Au total, les 910 chambres des établissements Farah à Rabat, Casablanca, Marrakech, Safi et Khourigba ont été entièrement reliftées. Pour Farah, Casablanca, point de rencontre des hommes d’affaires (62% de sa clientèle), les rénovations ont concerné les ascenseurs, les espaces banquets et le lifting des chambres. La nouveauté réside aussi dans l’animation de tous les points de vente. «Nous voulons donner plus de place à la clientèle nationale», déclare Mohamed Achtouane, directeur général de l’établissement.
Même préoccupation à Marrakech, où le Farah local, construit sur la base technique d’un cinq étoiles, a préféré développer sa stratégie commerciale dans la catégorie des 4 étoiles, catégorie où l’offre est moins abondante. Choix qui s’est avéré payant de l’avis de Mohamed Yacoubi, directeur général de cet établissement, assuré depuis le dernier Top Résa de pouvoir être commercialisé par Thomas Cook. La situation exceptionnelle de l’établissement, en plein centre-ville y est pour quelque chose dans l’intérêt des TO anglo-saxons pour Farah Marrakech, mais « ce sera surtout la mise à niveau en matière des normes de sécurité qui aura été déterminante», déclare M. Yacoubi. Autre établissement du groupe bien situé, le Farah-Rabat. En plein centre-ville, avec une vue imprenable sur la Tour Hassan, cet hôtel de 185 chambres et 8 suites entièrement insonorisées mise aussi sur la clientèle d’affaires. Un choix matérialisé par la transformation d’un étage entier de l’établissement en «executive floor» à l’image de ce que font les grands hôtels d’affaires à l’étranger. Fort de ses trois salles de conférence et de ses différents atouts, Fatima Taher, directrice de l’établissement, compte sur plus d’agressivité commerciale pour asseoir d’avantage le produit sur la capitale administrative.
Pour sa part, l’hôtel Farah à Khourigba bénéficie d’une situation relativement plus confortable. Etant le seul cinq étoiles dans la ville, il est considéré naturellement comme un hôtel d’affaires, déclare Mohamed Sardi, directeur général dudit hôtel. «Les loisirs y occupent une place importante grâce au climat sec de la ville et à son environnement forestier». En revanche, pour l’hôtel Farah à Safi, l’heure est au changement de catégorie.
Ahmed Toulot l’a déclaré, l’établissement qu’il dirige est en phase de devenir un cinq étoiles. Ces différentes rénovations avaient, entre autres, comme objectif de replacer les hôtels Farah au coeur de l’animation du tourisme national. C’est dans cet esprit que la chaîne a mis en place un ambitieux programme d’animation durant tout le mois de Ramadan. Des soirées seront organisées dans tous les hôtels du groupe, dans un cadre agréable sous des tentes caidales et un décors oriental. Au menu, des spectacles de musique, animés par des artistes de pays arabes dont le Maroc avec le trio gagnant de le studio 2M. Propriétaire de la chaîne, le Consortium maroco-koweïtien de développement (CMKD), à travers ses deux filiales (Société Farah et Société de Tourisme), matérialise ainsi son engagement dans la vision 2010.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *