La CIMR mesure le chemin parcouru

La CIMR mesure le chemin parcouru

L’assemblée générale ordinaire de la Caisse interprofessionnelle Marocaine des retraites (CIMR), tenue le 23 novembre, était l’occasion de faire un premier bilan de la réforme 2003. Un exercice auquel s’est livré le P-dg, Khalid Chedadi, en détaillant les différents axes. Durant l’année 2003, les frais généraux majorés des dotations aux amortissements se sont élevés à 43,1 millions de dirhams contre 41,9 millions en 2002. Ces frais généraux représentent 1,7% du total des produits techniques, une véritable performance selon le rapport du Conseil d’administration qui compare la situation aux ratios observés dans les autres caisses de retraites, tant marocaines qu’étrangères, supérieurs en général à 5%.
Quant aux produits financiers, dividendes coupons et plus-values nettes entres autres, ils s’élèvent à 440,4 millions de DH en 2003. Ce résultat porte les produits de patrimoine à 540 millions de dirhams, compte tenu de la constitution/ reprise des provisions pour dépréciation des titres. Au 31 décembre, la valeur estimative du portefeuille du CIMR s’établit à 9 milliards de dirhams. Ce chiffre renferme les actions, les obligations, les OPCVM, les valeurs non cotées, les placements immobiliers, les devises et or.
Côté performances, le portefeuille des participations stratégiques a enregistré en 2003 une performance de 25,81%.
Les SICAVs obligataires dédiées suivent aussi avec une performance allant de 4,9 à 5,13% et le fonds dédié CIMR international avec une performance de 14,47%.
Dans l’ensemble, 2003 fut une bonne année pour la CIMR qui comptait au 31 décembre de cette année 3 738 entreprises adhérentes, 408 946 affiliés actifs et ayants droit et 90 305 retraités. Ce qui laisse dégager un bon équilibre actif/retraité. Le montant total des contributions encaissées par la CIMR s’élevait à 2,5 milliards de dirhams et le total des pensions servies était de 1,8 milliard de dirhams.
Pour rappel, la réforme 2003 repose sur deux chartes (pilotage et financière) dotées chacune d’un règlement intérieur. Composé d’administrateurs et de cadres de la Caisse, Le Règlement intérieur du comité de pilotage est constitué de membres qui se sont régulièrement réunis pour mettre en oeuvre la nouvelle vision de la gestion financière et du pilotage du régime. Sur le plan financier, la CIMR a adopté des règles de gestion moderne, délégant une partie de ses actifs à des organismes spécialisés par le biais d’appels d’offres. Une gestion active qui recentre la CIMR sur des fonctions à forte valeur ajourée et qui n’est pas étrangère à l’amélioration constatée des comptes de la CIMR. Le bilan actuariel 2003 présenté aux adhérents confirme en effet la pertinence des mesures de la réforme avec un net recul du déficit actuariel. Le taux de préfinancement, rapport exprimant le niveau de couverture des engagements de régime, est passé de 42,09% en 2002 à 46,9% en 2003. Amélioration constatée aussi pour le taux de couverture, ratio exprimant le niveau de couverture des droits acquis, passé de 12,3 à 14,2%.
Par ailleurs, l’évolution prévisible du fonds de prévoyance sur les 60 prochaines années satisfait, aux yeux du comité de pilotage, les deux principes de pérennité fixés par la charte de pilotage, à savoir un fonds toujours positif sur la durée de projection et une tendance ascendante du fonds en fin de période de projection. Ces résultats consolident l’engagement de la CIMR pour la modernisation et la proximité, processus qui s’inscrit dans le prolongement de la réforme 2003 avec le lancement du projet «Ensemble pour réussir». Il s’agit d’un cadre de réflexion en interne impliquant l’ensemble du personnel CIMR et qui a permis d’arrêter plus de 200 actions d’amélioration.
Parmi les nouvelles fonctions créées en parallèle à la réforme, un département Actuariel, Etudes techniques et statistiques ainsi qu’un service Communication interne et externe, un service de Contrôle et de Gestion ainsi qu’un service Organisation et Qualité. L’équipe chargée de la gestion du portefeuille au sein de la Direction financière a été renforcée.
L’objectif reste l’implémentation d’une politique de proximité avec les adhérents et affiliés.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *