La Comanav prépare sa privatisation

La Comanav prépare sa privatisation

La Comanav, serait-elle venue à bout de ses peines? L’accord, conclu entre l’Etat, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et le groupe BMCE, semble aller dans ce sens. Il consiste à mettre en oeuvre le nouveau plan de développement stratégique de la Compagnie. A voir le beau monde, présent le mercredi dernier à Rabat lors de la cérémonie de signature de cet accord, on est bien forcé d’en convenir. L’événement est de taille. Pour la grande joie de Taoufiq Ibrahimi, président directeur général de la Comanav. L’accord porte sur l’augmentation du capital de la Compagnie de l’ordre de 295 millions DH, entièrement souscrite à part égale par la CDG et le groupe BMCE. Il devrait servir de base d’amendement du contrat-programme conclu entre l’Etat et la COMANAV pour la période 2002-2005. Sur cette base, les deux investisseurs institutionnels, la CDG et le groupe BMCE Bank, se sont engagés à souscrire la totalité de l’augmentation de capital, soit 147,5 millions DH chacun, à hauteur de 19,80% du nombre total d’actions pour chacune de ces deux institutions. Un contrat de cession entre la Comanav, la CDG et la BNDE (actionnaire), portant sur le rachat des actions de la Compagnie de transport maritime Limadet a également été signé. Le nouveau plan de développement couronne les efforts de redressement et de restructuration engagés par l’entreprise, au bord de la faillite il n’y a pas si longtemps. Contracté en janvier 2002, ce plan de développement vise à mettre fin aux difficultés financières et d’assainir le système de gestion de la Compagnie. Fathallah Oualalou, co-signataire de cet accord, a mis à cette occasion l’accent sur le soutien apporté par l’Etat. « Grâce à l’engagement des pouvoirs publics, il a été possible de sauver l’entreprise », a déclaré le ministre tout en rappelant les objectifs du contrat-programme pour la période 2002-2005, qui a constitué le socle d’un partenariat au terme duquel la Compagnie s’est engagée à assainir sa situation bilantielle, à rétablir ses performances et à renforcer ses capacités d’intervention dans le secteur. Pour sa part, Karim Ghellab, ministre de l’Equipement du Transport, les transports maritimes constituent «l’un des piliers fondamentaux qui conditionnent la croissance et le développement du commerce extérieur et du tourisme au Maroc. La réussite du projet de développement du Maroc reste tributaire du renforcement du secteur du transport, notamment maritime», a-t-il indiqué. De son côté, Othmane Benjelloun, P-dg du groupe BMCE Bank, dont le groupe intervient par redressement de la dette, a salué les efforts de redressement de la COMANAV et donné un historique sur l’implication de son groupe dans le domaine du transport. De même Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG. Cette recapitalisation permettra l’acquisition de LIMADET en juin courant qui nécessite une sortie de trésorerie de 83 millions DH, dont 65 millions DH pour recapitaliser l’entreprise, ainsi que celle de quatre nouveaux navires en 2004 pour un investissement global de l’ordre de 270 millions DH et qui sera financé à 50% en fonds propres. L’opération contribuera également au ré-équilibrage du bilan avec un ratio cible propres/capitaux investis de 30 % en 2003 et 2004 et proche de 50 % en 2005. Le plan repose également sur une augmentation des fonds propres de l’entreprise qui sera réservée à de nouveaux investissements institutionnels. Il permettra d’améliorer les performances opérationnelles et financières de la COMANAV pour la préparer à une privatisation réussie. Une privatisation dans la perspective de laquelle s’inscrit cette démarche et qui est prévue à fin 2004-début 2005.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *