La commercialisation est lancée: La bataille des banques digitales est effective depuis le 9 décembre

La commercialisation est lancée: La bataille des banques digitales est effective depuis le 9 décembre

Avec cette nouvelle offre qui parie fortement sur le digital pour attirer une clientèle de jeunes, Attijariwafa bank devrait faire bouger les lignes en matière d’usage des nouveaux canaux par le secteur bancaire.

Attijariwafa bank démarre sa banque 100% digitale, L’bankalik. Après avoir «teasé» ce nouveau concept de service ces dernières semaines, le groupe a effectivement lancé sa commercialisation depuis le 9 décembre. L’offre, consistant en packs bancaires, vise en priorité les jeunes. La banque digitale d’Attijariwafa bank n’est en effet ouverte qu’aux clients âgés de 18 à 34 ans, de nationalité marocaine et résidant au Maroc, tel que précisé dans la plate-forme web du nouveau service.

Ce ciblage tombe sous le sens, selon les spécialistes, étant donné que la clientèle de jeunes est particulièrement réceptive aux services s’appuyant sur les nouveaux canaux (smartphone, réseaux sociaux…). Comme le veut le principe des banques digitales, ces nouveaux canaux sont particulièrement mis en avant dans l’offre étant donné que l’ouverture d’un compte se fait exclusivement en ligne, sans être possible en agence. Pour souscrire au service, le client est en effet appelé à envoyer une photo ou une copie scannée de sa carte d’identité nationale (le seul document requis pour l’ouverture d’un compte) sur la plate-forme en ligne de la banque digitale. Et il ne se déplace dans une agence de son choix que pour accomplir les dernières formalités, à savoir la récupération de carte, de relevé d’identité bancaire et d’accès mobiles. La gestion et la consultation au quotidien du compte se font elles aussi par ordinateur ou mobile.       

Le développement de l’investissement dans le digital s’impose

Pour boucler la boucle, les produits de la banque digitale sont étudiés pour coller aux besoins de la clientèle de jeunes. L’offre de packs est en effet limitée à trois formules pour une meilleure lisibilité. La formule basique qui ne donne lieu à aucun frais offre un accès à un compte chèque en dirhams (sans obligation de faire un versement initial), un compte en devises pour les dotations de voyage, une carte internationale ainsi que des prélèvements automatiques. La formule intermédiaire, facturée 29 DH HT/mois, offre en plus une assurance vie sur le compte et une assurance sur la carte ainsi qu’une assistance internationale en cas de perte ou vol. Enfin, le pack premium rajoute à tout cela une carte de gamme supérieure ainsi qu’un accès au service de transfert d’argent de la banque, le tout pour 49 DH par mois. Avec cette nouvelle offre qui parie fortement sur le digital pour attirer une clientèle de jeunes, Attijariwafa bank devrait faire bouger les lignes en matière d’usage des nouveaux canaux par le secteur bancaire.

Toutes les banques nationales surfent déjà sur la vague du digital pour cibler les jeunes ou une clientèle habituée à des solutions en ligne et qui tendent à moins se déplacer en agence au regard de leurs contraintes et des créneaux horaires d’ouverture de ces points de service, notent les spécialistes du cabinet français de conseil en stratégie, Nouvelles Donnes.

Mais, avec le nouveau cap franchi par AWB, le reste du secteur, notamment les banques à capitaux français, est appelé à monter en régime dans l’usage du digital. Le succès de leurs démarches passera par leur capacité à bénéficier du retour d’expérience des filiales respectives de leurs groupes qui ont d’ores et déjà mis en place des solutions 100% digitales : Hello Bank, Boursorama ou BforBank, estime à ce titre Nouvelles Donnes.

Le développement de l’investissement dans le digital s’impose d’autant plus aux banques à capitaux français qu’elles ont besoin de s’affranchir de la contrainte des réseaux physiques, étant à rappeler que BMCI, Crédit du Maroc et Société Générale Maroc détiennent moins de 25% du parc d’agences au niveau national, souligne Nouvelles Donnes. Cela vaut aussi pour CIH Bank qui, avec moins de 5% du parc d’agence bancaire, est appelée à redoubler d’efforts en matière de digital.

Par ailleurs, au-delà des services de banque en ligne, les experts de Nouvelles Donnes identifient un potentiel intéressant au Maroc pour les services de banque par téléphone permettant des approches proactives contrairement aux offres digitales, expliquent-ils. Les approches des canaux téléphoniques peuvent, qui plus est, être mixées avec une offre internet et physique en vue de maximiser la qualité de service offert à leurs clients, ajoutent les spécialistes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *