La compagnie a lancé deux nouveaux services : Axa Assurance Maroc prépare sa transformation digitale

La compagnie a lancé deux nouveaux services : Axa Assurance Maroc prépare sa transformation digitale

Axa Assurance Maroc met les bouchées doubles. En effet, la compagnie vient de lancer deux nouveaux services, Sava Axa et My Axa, qu’elle a présentés le 25 mai 2018 à Casablanca lors d’une conférence de presse sous le thème «L’innovation au service de nos assurés».

Saadia Nouri, directrice adjointe des opérations des assurances dommages, de personnes et Takaful, a expliqué qu’en cas d’accident automobile cette offre permet de bénéficier d’un expert Axa sur le lieu de l’accident. Ainsi, l’assuré contacte la compagnie qui dépêche une unité d’expertise mobile afin de réaliser l’expertise des dégâts matériels. «Après évaluation des dommages sur les lieux de l’accident, l’expert chiffre le montant des réparations pour permettre à l’assuré Axa d’être indemnisé au plus vite», indique le management de la société. Par conséquent, le dédommagement se fait dans l’heure qui suit le constat. Ce service est disponible 7j/7j, de 7h30 à 22h30, assure la compagnie. En termes de flexibilité, Axa Assurance a mis en place 2 ca«naux de remboursement. Les assurés «peuvent être pris en charge par Axa Assurance Maroc pour réparer le véhicule dans un garage agréé par Axa, ou opter pour la réparation de leur véhicule dans un garage de leur choix.

Dans ce deuxième cas, le client peut enclencher une indemnisation rapide en cash», précise le management de la compagnie d’assurance. Afin que ses clients puissent être indemnisés en cash rapidement, la société a conclu un partenariat avec Cash Plus qui dispose de 1.300 agences dans le pays. «Ce partenariat permet aux souscripteurs de Sava Axa d’être remboursés instantanément là où ils se trouvent, dans n’importe quelle agence Cash Plus, 6j/7j de 08h00 à 20h00», souligne la même source. Dans ce processus, la compagnie mise sur l’utilisation des outils technologiques pour la rapidité d’exécution. L’unité d’expertise mobile qui se déplace lors d’un accident est équipée d’un laptop intégrant un outil de chiffrage des dommages, un scanner et une imprimante utilisés pour envoyer l’ensemble des documents à la compagnie et à l’agent par e-mail. Par ailleurs, le nouveau service de la filiale marocaine d’Axa Assurance est gratuit pour les assurés. La société indique dans ce sens qu’elle cautionne ce choix malgré la sinistralité de la branche automobile. Saadia Nouri a souligné que le coût d’investissement reste très maîtrisé. En revanche, la solution n’a pas encore été lancée à Rabat et Casablanca en raison de la forte sinistralité dans ces deux villes. La compagnie d’assurance a choisi donc de tester ce service dans des villes comme Fès, Meknès, Tanger et Tétouan où la sinistralité est moins élevée.

«My Axa»: Épargne, auto et santé sur une même plate-forme digitale

En collaboration avec ses équipes internationales, la compagnie d’assurance a conçu My Axa, son application mobile. Celle-ci permet au client de «contacter son intermédiaire ou contacter directement le siège ou le service d’assistance afin de faire part de ses demandes ou localiser le garage agréé le plus proche où les réparations seront prises en charge par Axa», indique le management de la société d’assurance.

L’assuré pourra également retrouver les détails de ses contrats épargne, santé et auto ainsi que le statut des remboursements santé et les cotisations épargne. Plus encore, My Axa permet de visualiser l’ensemble des contrats clients, regroupés en un seul et même compte pour tous ses intermédiaires. Dans cette perspective, la compagnie espère réduire les impressions papier en dématérialisant tout document susceptible d’être téléchargé via l’application.

«Le client n’a plus besoin d’attendre plusieurs jours pour recevoir la valeur de réparation de son véhicule»

Philippe Rocard, président-directeur général d’Axa Assurance Maroc

ALM : Vous avez évoqué l’innovation et la digitalisation lors de cette conférence de presse, comment vous positionnez-vous sur le marché de l’assurance par rapport à cette question ?

Philippe Rocard : On vient de lancer deux innovations, l’une est tournée vers un moment difficile pour les assurés qui est l’accident automobile. Nous avons donc cherché à les aider pour mieux gérer ce moment. Notre service consiste à envoyer un constatateur pour les aider à régler le constat à l’amiable mais nous envoyons aussi un expert directement de l’assurance qui analyse les dégâts que l’automobile a subis. Cela permet immédiatement d’avoir une évaluation des dégâts et de la réparation pour un dédommagement dans l’heure qui suit le constat. Le client n’a plus besoin d’attendre plusieurs jours pour recevoir la valeur de réparation de son véhicule ou qu’il ait à se déplacer dans un garage ou dans un autre lieu. Tout se fait sur place sur le lieu de l’accident. Ce qui permet à la personne de retrouver son calme et gérer l’accident dans une attitude positive.

Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés en termes de chiffres concernant par exemple le nombre de nouvelles souscriptions ?

C’est plutôt une qualité de service que nous voulons offrir. Nous comptons ensuite sur le bouche-à-oreille entre les clients ayant bénéficié de ce service. C’est plus une question de qualité de l’expérience que le client va vivre de cet évènement dramatique, à savoir l’accident automobile.

Takaful, comment vous y préparez-vous ? Quelles sont les grandes lignes de votre stratégie sur cette question ?

Le Takaful est un élément très important dans le contexte marocain, vous savez que les banques ont lancé la finance participative. Nous sommes en train de travailler là-dessus. En ce moment un certain nombre de textes de loi sont en préparation. Nous sommes prêts en termes d’organisation, de préparation de système, de préparation de produits mais il nous faut la validation des autorités pour que le marché puisse démarrer. Cela devrait être dans les quelques mois qui viennent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *