La concurrence fait rage

La concurrence fait rage

Les Français constituent toujours le premier groupe de touristes étrangers à visiter le Maroc. Entre janvier et septembre 2004, ils ont été 798 000 à avoir foulé le sol du Royaume. Ce qui, comparé à la même période de l’année dernière, représente une croissance de 26%. Remarquable, mais pas suffisante pour battre la Tunisie qui a accueilli dans la même période 834 000 Français. Notre voisin maghrébin devance également l’Egypte et la Turquie qui font moins que le Maroc.
Touristes voyageant souvent par forfaits, les français restent dépendant dans leurs choix aux réseaux de voyages de leur pays, lesquels sont bien positionnés sur Djerba, Hamamet, Marrakech, Agadir et Fès. Peu tentés par le Bosphore, les TO de l’Hexagone continuent de marquer leur présence sur les bords du Nil, chasse gardée des structures anglosaxones. Un raisonnement qui explique le succès de la Turquie sur l’Allemagne. Environ 2, 5 millions de citoyens allemands ont visité cette destination durant les neuf premiers mois de l’année. La Turquie devance l’Egypte (735 000 allemands) et la Tunisie (426 000).
Le Maroc, dont la délégation touristique en Allemagne serait dirigée depuis la Suisse, ferme la marche avec 95 000 touristes.
Un score qui, rapporté à la Turquie, serait à proportion des budgets consacrés par les deux pays à l’Allemagne. Autre marché important, le Royaume Uni. L’année dernière, à l’entame du dernier trimestre, les arrivées en provenance de ce pays marquaient un recul de 5% sur le Maroc. Cette année, malgré un environnement plus conséquent, l’engouement des Britanniques pour Agadir reste encore à prouver. La préférence des Anglais va d’abord à la Turquie (953 000 visiteurs) et une croissance de 30%, à faire pâlir d’envie la concurrence.Vient ensuite l’Egypte (378 000 arrivées) mais à une progression de 52%. La fracture est nette pour la Tunisie (225 000), quasiment le double du score marocain qui a réussi à franchir la barre des 100 000. L’arrivée de nouveaux TO anglais sur le Maroc sera-t-il de nature à inverser la donne en 2005?
Certainement, mais à condition toutefois de présenter des arguments promotionnels solides face à la machine turque qui a aussi la faveur des suffrages sur le Benelux, à savoir la Belgique, la Hollande et le Luxembourg.
Plus de 1,15 millions de visiteurs en provenance de cette zone et une croissance de 37% . En deuxième position, le pays des pharaons n’inquiète pas outre mesure la Turquie, totalisant en tout et pour tout 235 000. Le meilleur taux de croissance sur le Benelux est à l’actif de l’Egypte (57%). La Tunisie est à 157 000 «Beneluxiens» mais à une faible cadence qui rapproche le Maroc (125 000).
Ceux qui veulent réduire toute explication aux budgets de promotion n’auront aucun mal à voir que ceux-ci sont proporitionnels aux nombres de visiteurs.
L’Egypte, qui avait considérablement augmenté sa pression promotionnelle, sur certains marchés, vient en tête sur l’Italie avec 825 000 visiteurs agrémentés d’un taux de croissance de l’ordre de 42%. Suivent ensuite la Tunisie (394 000), la Turquie (222 000) et le Maroc qui occupe la dernière place avec un total arrivées de 76 000 et une croissance de 15%, modeste par rapport à la concurrence. Le Royaume renverse la tendance néanmoins sur le marché espagnol, lequel réalise la plus forte croissance (35%) sur la période sus-mentionnée avec un total arrivées de 200 000.
L’Egypte (138 000) est deuxième devant la Tunisie (89 000) et, en dernière position pour la première fois, la Turquie.
Par rapport à ses trois concurrents, le Maroc est bien placé sur les arrivées espagnoles (premier) et Français (deuxième), mais reste assez loin en ce qui concerne les destinations anglaises et allemandes.
Les écarts sont encore plus nets en jumelant des résultats réalisés par chacun des concurrents sur les marchés précités. Ainsi, la Turquie, souvent citée pour son modèle de libéralisation de l’aérien et par l’intégration des grands TO qui y ont pris des actifs hôteliers, réalise presque dix millions de touristes à fin août ( 9, 7 millions), le tout ponctué d’une croissance de 30%. L’Egypte s’est contentée de la moitié (4 millions), soit deux fois plus que la Tunisie (2, 8 millions). Le Maroc enregistre 1,4 million d’arrivées, un chiffre qui rappelons-le, est défalqué du résultat des MRE qui constituent 52% des 4,4 millions de touristes annoncés par le ministère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *