La Cour des comptes fait appel à des consultants

La Cour des comptes fait appel à des consultants

Un financement de la BAD servira à couvrir en partie le projet

La mission du consultant se fondera sur l’apport de recommandations, et de prodiguer de l’assistance et du conseil à la Cour dans plusieurs domaines afin d’atteindre les objectifs d’efficacité fixés par l’institution.

Après la publication de son rapport qui a fait grand bruit, la Cour des comptes envisage de renforcer davantage ses capacités et aller plus vite de l’avant dans son rôle de contrôle des finances publiques. C’est ainsi qu’elle a lancé mercredi un appel à manifestation d’intérêt pour des services de consultants individuels pour muscler son dispositif de contrôle.

La Cour a précisé qu’elle a reçu un financement de la part de la Banque africaine de développement qui va servir à couvrir en partie le projet.

Celui-ci vise en effet à renforcer les capacités de la Cour des comptes en portant assistance dans la rédaction des termes de références qui feront l’objet d’une consultation élargie. Ce projet vise à choisir un cabinet pour la conception du schéma directeur de la formation de la Cour des comptes.

Le résultat de cet appel à manifestation d’intérêt ambitionne également d’accompagner la maîtrise d’ouvrage dans la mise en œuvre de la conception dudit schéma. La mission du consultant se fondera sur l’apport de recommandations, et de prodiguer de l’assistance et du conseil à la Cour dans plusieurs domaines afin d’atteindre les objectifs d’efficacité fixés par l’institution. Par ailleurs, la juridiction a fixé la durée du contrat à une période qui s’étend sur dix mois à compter du 15 mai. L’institution précise que les expressions d’intérêt portant sur le «Projet de renforcement des capacités de la Cour des comptes financé par la BAD» doivent être déposées au plus tard le 2 mai 2017. Toutefois, celle-ci précise que les critères d’éligibilité et la procédure de sélection des consultants individuels seront conformes aux «règles et procédures pour l’utilisation des consultants» de la Banque africaine de développement. Ce n’est pas la première fois que la Banque africaine de développement participe aux projets de financement de la Cour des comptes. La banque contribue avec son appui financier à la passation de marchés publics et aux appels à manifestation d’intérêt, notamment en matière de renforcement des capacités des magistrats et des cadres des juridictions financières. Ce type de projets financés par la Banque africaine de développement visait entre autres l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de formation en vue de répondre aux besoins de formation des magistrats et du personnel des juridictions financières. Pour rappel, la Cour des comptes a souligné dans son rapport 2015 que ses ressources financières pour la même année sont à hauteur de 275,173 millions de dirhams, dont 244,173 millions de dirhams sont réservés au budget de gestion et 30 millions de dirhams dédiés à l’investissement. L’institution compte 339 magistrats et 202 fonctionnaires répartis sur l’ensemble des juridictions financières du pays.  Pour ce qui est de la formation continue la Cour avait annoncé qu’au titre de l’année 2015, 300 magistrats ont bénéficié de cette formation assurée par des experts marocains et étrangers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *