La crise alimentaire inverse les rôles dans les négociations à l’OMC

La crise alimentaire inverse les rôles dans les négociations à l’OMC

Pour faire face à la pénurie alimentaire et à la flambée des prix des denrées, l’Argentine, le Brésil, le Vietnam, l’Inde et l’Egypte ont imposé récemment des limitations à l’exportation sur certains produits dans le but d’assurer la sécurité alimentaire de leurs populations.
Or, dans les négociations du Cycle de Doha sur la libéralisation des échanges à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Buenos Aires et Brasilia appartiennent au groupe de Cairns, le plus agressif en matière de libéralisme. Les membres de ce groupe demandent avec insistance à l’Union européenne et aux Etats-Unis d’abaisser leurs droits de douane pour qu’ils puissent y exporter leurs produits alimentaires. Les nouvelles mesures adoptées par ces pays en développement vont jusqu’à embarrasser leurs représentations à Genève.
Ainsi, un responsable brésilien a confié à l’AFP «ne pas comprendre» son gouvernement qui a annoncé jeudi l’interruption de ses exportations de riz et la vente aux enchères d’une partie de ses réserves pour contenir les prix.
«Il s’agit des réserves publiques et non pas de la vente par des sociétés privées», a-t-il précisé, tout en reconnaissant que cet «élément d’intervention sur les marchés» pourrait être mal perçu dans les négociations à l’OMC.
La grogne contre ces mesures a d’ailleurs déjà commencé, le Japon demandant que le sujet soit abordé mercredi devant le comité agricole de l’OMC. Importateur net de produits agricoles, Tokyo impose lui-même des droits de douane particulièrement dissuasifs aux importations de riz de l’ordre de 500%.
«Nous ne sommes pas contre les prohibitions et les restrictions aux exportations», a assuré Takaaki Kawakami, premier secrétaire à la mission du Japon auprès de l’OMC. «Mais les pays lourdement dépendants des importations comme nous le sommes ne veulent pas mettre en danger la sécurité alimentaire de leurs populations». Un plan proposé par Tokyo obligerait les pays imposant des restrictions à les notifier à l’OMC dans un délai de 90 jours et à les justifier. En outre, ces mesures ne devraient pas durer plus d’un an.
Actuellement, selon l’accord sur l’agriculture signé dans le cadre du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) en 1994, les pays en développement peuvent imposer des restrictions à l’exportation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *