La croissance économique au Maroc passera de 3,2% en 2019 à 3,8% en 2020

La croissance économique au Maroc passera de 3,2% en 2019 à 3,8% en 2020

Des perspectives positives par la BERD pour la région Semed

La Banque européenne pour la restructuration et le développement (BERD) émet des anticipations positives pour les pays du sud et de l’est de la méditerranée. Connu sous l’acronyme Semed, la région selon le portefeuille de la Banque abrite le Maroc, l’Égypte, la Jordanie, le Liban et la Tunisie. Se référant aux dernières perspectives de la BERD, la croissance moyenne dans les cinq pays précités devrait passer de 4,6% cette année à 5,1% en 2020. Une évolution qui devrait profiter des réformes économiques et de la modernisation de l’environnement des entreprises pour la promotion des investissements nationaux et étrangers. «Une plus grande certitude aux niveaux national et politique devrait également soutenir la croissance, qui restera néanmoins inférieure aux niveaux d’avant 2011», relève-t-on de la BERD. Après l’Égypte, le Maroc est la deuxième économie de la région à afficher une croissance potentielle.

La BERD anticipe pour le Royaume une croissance de 3,2% en 2019. Elle devrait par ailleurs atteindre les 3,8 % en 2020. Ces améliorations devraient intervenir selon la BERD sous l’effet d’un renforcement de la croissance hors agriculture et ce après un ralentissement à 3,1 % en 2018. «La reprise probable reflétera l’amélioration de la gestion budgétaire et de la diversification économique. Elle sera par ailleurs soutenue par une nouvelle reprise des arrivées de touristes et des investissements directs étrangers ainsi que par une expansion rapide des industries de l’automobile et de l’aéronautique», commente la BERD à cet effet. Pour ce qui est des autres pays, la BERD s’attend à une croissance de 5,5% au cours de cette année pour atteindre les 5,9 % en 2020. La croissance en Jordanie devrait afficher une croissance modérée en 2019 et 2020. La BERD indique que «le rythme de l’activité économique en Jordanie devrait rester bien en deçà des niveaux observés avant le début de l’instabilité en Syrie et en Irak, pays voisins, qui avait exercé une pression importante sur l’économie nationale».

A cet effet, la croissance en Jordanie devrait se situer autour de 2,2% en 2019 et 2,4% en 2020. Après un ralentissement de 0,2% en 2018, la croissance économique au Liban resterait autour d’un niveau faible, soit 1,3% en 2019 et 2% en 2020. Les perspectives économiques établies par la BERD pour la Tunisie portent sur une croissance accélérée. Elle augmenterait légèrement à 2,7% en 2019 pour monter à 4% en 2020. Une reprise qui traduira le regain de confiance des investisseurs étrangers en ce pays qui connaîtra la tenue les prochains mois des élections présidentielles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *