La destination Maroc confirme sa résilience: L’activité touristique devrait boucler l’année sous une baisse de 1 à 2 %

La destination Maroc confirme sa résilience: L’activité touristique devrait boucler l’année sous une baisse de 1 à 2 %

Le plus grand atout du Royaume réside dans sa stabilité. La sérénité qu’affiche le Maroc est relativement appréciée par les touristes.

Au moment où les principales destinations touristiques du monde observent un déclin de fréquentation, le Maroc fait preuve d’une grande résilience. En dépit du fait que les indicateurs du secteur soient en baisse au niveau national, l’engouement des touristes internationaux pour la destination Maroc reste confirmé. Et pour preuve : de nouveaux marchés émetteurs s’illustrent sur la cartographie du tourisme marocain. Ils affichent même une affluence record. C’est le cas des touristes russes qui ne cessent de manifester un grand engouement pour la ville d’Agadir et régions. Au titre des six premiers mois de l’année, les touristes russes sont arrivés en tête des visiteurs étrangers de la ville. Le Conseil régional du tourisme note dans ce sens l’arrivée de 11.541 Russes contre 3.034 l’année dernière. L’évolution relevée au premier semestre dépasse les 280%, soit une performance historique au niveau de la région.

Ce boom est, par ailleurs, justifié par les efforts promotionnels de la destination Maroc sur les marchés russe, chinois et brésilien. La prospection de ces marchés émetteurs intervient au moment où les marchés traditionnels affichent de grosses pertes sur le plan touristique. L’exemple de la France illustre bien l’impact de la conjoncture. A fin juin, les Français se font de plus en plus rares au Maroc. Sur Agadir, les autorités relèvent une baisse des arrivées françaises de 20,87%. La tendance en France est la même. La République affiche un repli de 10% de sa fréquentation à cause des incidents terroristes qui se perpétuent sur le territoire français. La Turquie et la Tunisie en sont également concernées. Les professionnels notent une nette régression de l’activité touristique dans ces deux pays.
La baisse est évaluée, à ce jour, à 40% pour la Turquie et 50% pour la Tunisie. Dans ce contexte plutôt opaque, il convient de poser la question sur les chances «touristiques» du Maroc. Said Mouhid, sous sa casquette de président de l’Observatoire du tourisme, livre à ALM les premières prévisions. «La conjoncture internationale est très difficile et l’impact psychologique sur la clientèle est vraiment très grand. Cependant, le Maroc se porte très bien», indique M. Mouhid.
Le directeur de l’Observatoire a précisé par ailleurs qu’il n’existe pas un réel transfert de touristes sur la destination Maroc. Le plus grand atout du Royaume réside dans sa stabilité. «Vu le traumatisme vécu par les touristes au niveau mondial, la sérénité qu’affiche le Maroc est relativement appréciée. Nous sommes, avant tout, dans des zones quasiment de reconduction de trafic et non pas de chute sévère».

L’activité touristique du Maroc bouclera ainsi l’année sous une note baissière. Toutefois, le repli attendu n’est pas alarmant. C’est ce qui nous confirme Said Mouhid. «Nous nous attendons à une baisse de 1% voire même 2%. Ce qui est une performance compte tenu de la conjoncture internationale», apprend-on du président du directoire. Rappelons que le premier semestre a été relativement morose sur le plan touristique. La baisse des arrivées et des nuitées a été observée dans plusieurs villes. L’activité au titre des cinq premiers mois de l’année a connu un repli de 1,4%. Les chiffres à fin juin ne sont toujours pas révélés mais les professionnels anticipent un ralentissement de l’activité touristique justifiée principalement par le mois de Ramadan. En parallèle, les professionnels du secteur misent grand sur le balnéaire qui sur les mois de juillet et août amortirait les baisses constatées. Le «Must» de la saison est cette année la zone nord où les établissements d’hébergement touristiques affichent des taux d’occupation encourageants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *