La dette extérieure publique a augmenté de 10% en 2008

La dette extérieure publique a augmenté de 10% en 2008

La dette intérieure du Trésor a enregistré durant l’année 2008 une baisse de 5 points en s’établissant à 48,6% par rapport au PIB en 2008 contre 53,6% en 2007. «Cette baisse est la deuxième de son genre après celle enregistrée en 2007», a affirmé Zouhair Chorfi, directeur du Trésor et des finances extérieures, lundi 16 mars à Rabat, lors d’une conférence de presse.
«L’encours de la dette du Trésor (intérieure et extérieure) a terminé l’année 2008 sur une baisse plus prononcée s’élevant à près de 4 milliards Dh en s’établissant à 325,8 milliards Dh contre 329,8 milliards Dh enregistré à fin 2007», a-t-il ajouté. «La dette extérieure du Trésor a connu une légère hausse de 2,75 milliards Dh pour se situer à 68,7 milliards Dh en 2008 contre 65,9 milliards Dh en 2007», a-t-il précisé. Quant à la dette extérieure publique, cette dernière a connu une hausse de 10% en s’établissant à 134,2 milliards Dh à fin 2008  contre 122 milliards Dh en 2007, ce qui représente une augmentation de  12,2 milliards Dh.
Cette évolution s’explique, selon toujours M.Chorfi, par le solde positif des flux net des financements extérieur qui s’est établi à 8,9 milliards Dh et aussi par l’impact des fluctuations de change notamment l’appréciation par rapport au dirham et Yen de 29% et du dollar américain de 5%.
En effet, les principaux créanciers du Maroc sont  la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) avec 15%, la BAD avec 13%, la France avec 13%, la  BEI avec 12%, le FADES avec 7%, le  Japon avec 6%, l’ Allemagne avec 5% et le la BID avec 4%.
Le Trésor reste le principal emprunteur avec un encours de 68,7 milliards Dh représentant 51% du total de la dette extérieure publique. Pour le reste de la  dette, qui est à l’ordre de 65,5 milliards DH, Le second emprunteur, après le Trésor, demeure l’ONE avec 20 milliards DH suivi de l’ADM avec 13 milliards Dh, l’ONEP avec 6 milliards Dh, puis la RAM et l’ONCF avec 5 milliards Dh à chacun. «Notre pays va profiter de la conjoncture actuelle dans la mesure ou en 2009 les importations de céréales seront inférieures aux années précédentes, nos importations de pétrole vont aussi baisser de 20 à 30 milliards DH. Des économies qui seront très importantes», a conclu le directeur du Trésor et des finances extérieures.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *