La DPEG en quête de nouvelles missions

Mohamed-Taoufik Mouline, responsable de la Direction de la Politique Economique Générale (Dpeg), relevant du ministère des Finances, a été toujours convaincu que l’une des missions majeures de son département est de devenir une force de proposition en matière de politique économique.
Dans ce sens, 2002 sera consacrée à la finalisation de deux projets majeurs de la Direction, à savoir le modèle «Nour» et la banque de données économiques et sociales, ainsi qu’au lancement d’un projet d’envergure nationale se rapportant à l’étude d’impacts, sur l’économie marocaine, des accords d’association avec l’Union européenne. Présentant le rapport d’activité de la Dpeg pour l’année 2001 et ses perspectives, M. Mouline a ajouté que son département projette également de lancer la construction d’instruments de prévision des recettes fiscales fondés sur les bases taxables à même d’assurer une meilleure adéquation entre le comportement de l’activité économique et les projections fiscales et de mieux cerner l’équilibre économique et financiers des projets de loi de finances.
Ce projet, a-t-il précisé, se fera en concertation avec la direction des Impôts. L’année 2002 verra aussi la création d’un observatoire de la croissance qui vise, selon le responsable de la Dpeg, à assurer un meilleur suivi de l’évolution de la croissance économique et de ses déterminants, de dégager des enseignements en matière de politique économique et de procéder à une analyse comparative des performances de l’économie nationale avec un échantillon de pays à niveau de développement comparable.
En matière de suivi de l’actualité économique, a-t-il souligné par ailleurs, il est envisagé en 2002 la construction d’indicateurs avancés de conjoncture, le développement des prévisions trimestrielles et le lancement d’une enquête semestrielle sur l’investissement en s’appuyant sur des partenaires externes.
La réalisation de cette enquête qui va enrichir le système d’information infra-annuel national, permettra de cerner l’évolution d’un paramètre clé qui est l’investissement, faisant l’objet d’une attention privilégiée de la part des hautes instances du pays, a précisé M. Mouline. Et d’ajouter que sa Direction envisage la mise en place prochaine d’un système d’alerte et de vielle économique, instrument qualifié d’indispensable dans le contexte actuel d’ouverture de l’économie nationale sur son environnement international.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *