octobre 23, 2017

La Fédération des restaurateurs réagit

La Fédération des restaurateurs réagit

L’article paru dans votre journal n°838 du 17 février 2005 page 19 sous le titre «Quelle mission pour l’observatoire ?» signé par Jamal Filali «professionnel, opérateur économique en tourisme» ainsi que celui du n°843 du 24 février 2005 page 18 sous le titre «La cuisine interne des restaurateurs» du même auteur exige de notre part la mise au point suivante:
Nous n’avons pas jugé nécessaire de faire une mise au point suite au premier article, que nous considérons comme une réaction habituelle résultant d’une frustration malvenue.
Par contre le second article interpelle des organisations respectables et responsables telles que la FNT et la CGEM appelle de ce fait et de notre part des éclaircissements sur l’amalgame fait par l’auteur des deux articles dû à la méconnaissance des sujets qu’il s’est hasardé à développer.
1) La création de la Fédération nationale des restaurateurs (FNR) est l’une des obligations contractuelles de la Fédération nationale du tourisme (FNT) depuis la signature de l’accord d’application de l’accord-cadre du tourisme, en son article 56 précisément au même titre que la restructuration de la FNT elle-même, et ce contrairement aux allégations de l’auteur des articles.
2) Donc, et conformément à la mission assignée à la FNT par l’accord d’application, et aux recommandations des 5 Assises internationales du tourisme de Ouarzazate de créer la FNR et (voir aussi la loi 60.00 réglementant les établissements touristiques), la FNT a envoyé à toutes les Associations régionales des restaurateurs (Casablanca, Rabat, Meknès, Fès, Ouarzazate, Marrakech, Agadir) un projet de statuts tel que proposé par les présidents de ces mêmes associations régionales, Toutes les Associations ont bien reçu, commenté et modifié lesdits statuts. Après quoi, une date a été fixée de commun accord avec les présidents desdites associations pour l’assemblée générale constitutive à la quelle, les membres fondateurs sont le président de chaque association régionale accompagné de 3 membres de la même association.
La même information a été envoyée à la MAP et aux principaux quotidiens.
Le président de la Fédération du tourisme a chargé le président de la commission restructuration pour présider l’assemblée générale constitutive de la FNR. Avant de débattre de l’ordre du jour le président de séance a fait le tour de table pour connaître les présents, les représentés et surtout la validité des bureaux des associations régionales.
Tous les présidents présents et les représentants de deux présidents absents (Meknès et Ouarzazate) ont répondu que leurs associations étaient régulièrement constituées et sont informés de la tenue de cette AGC et de son ordre du jour.
3) Il n’y a pas eu un seul candidat à la présidence comme le prétend l’auteur des articles mais deux. Le deuxième candidat déclaré à l’assemblée s’est désisté en faveur de Mr Kettani qui malgré qu’il soit resté candidat unique, le président de séance a insisté à ce que les 28 votants présents ou représentés devaient remplir les bulletins de votes qui ont été dépouillés sans bulletin nul sans abstention avec 28 votants sur 28 pour Mr Kettani.
4) Tout ce qui précède peut être attesté et certifié par le représentant de Mr le wali de Casablanca et par le représentant de Mr le ministre du tourisme.
5) Pour ce qui est du président de la FRT que l’auteur qualifie dans ses deux articles comme «Intrus dans la profession» nous rappelons que Mr Kettani n’a pas été un simple «cadre hôtelier et dernièrement membre et chargé de mission au sein de la FNIH de la FNT» comme le décrit l’auteur.
Mr Kettani a été directeur général du plus grand groupe hôtelier marocain des années 80/90 (pendant 16 ans) et à ce titre a procédé à une dizaine d’ouverture d’hôtel aussi bien au maroc qu’à l’étranger et comme tout professionnel le sait dans chacun de ces hôtels de charmes il y avait plus qu’un restaurant à la carte à créer. Mr Kettani a été 21 ans durant secrétaire généal de la FNIH de 1983 à 2004 et secrétaire général de la FNT depuis sa création de 1996 à 2005. Il est membre de l’association internationale des experts scientifiques du tourisme (AIEST) parmi la poignée des Marocains membres de cette prestigieuse association. Mr Kettani est depuis 1994 1er vice-président et membre du Conseil d’administration de l’union arabe de l’hôtellerie et du tourisme, etc.
Mr Kettani n’est pas un «opérateur économique en tourisme » mais un restaurateur fier de l’être, propriétaire et gérant de l’une des plus prestigieuses tables de Casablanca.
L’auteur de ces articles aurait pu intégrer son Association des restaurateurs de Marrakech et, par là même, être candidat à la Fédération nationale. Quant à l’interdiction évoquée par l’auteur dans un certain article 14 des statuts, soi-disant faite au président régional de se présenter à la présidence nationale, il n’en est rien. La preuve est que le président des restaurateurs de Casablanca était bien candidat.
Le projet initial des statuts prévoyait en cas d’élection d’un président régional au poste de président national, il céderait sa place de régional pour qu’il n’y ait pas cumul, cette proposition a été retirée du texte définitif approuvé et signé par les présidents présents ou représentés. Nous rappelons à l’auteur de ces articles que la fonction de président de la FNR est bénévole, elle est beaucoup plus une lourde responsabilité qu’un privilège puisque le président Kettani est déjà membre du comité stratégique du tourisme et de plusieurs instances et ce n’est pas quelqu’un qui a passé plus de 21 ans de responsabilité dans le secteur qui va briguer un poste pour un titre de plus.

• Fédération nationale des restaurateurs

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *