La filiale marocaine d’HP s’apprête à la fusion

Au moment où Hewlett-Packard ne sait plus où donner de la tête compte tenu des interminables rebondissements de son conflit avec Walter Hewlett, chef de file de l’opposition à la fusion entre HP et Compaq Computer, les managers de la filiale marocaine du géant HP gardent les doigts croisés. Jusqu’alors en route, il a été décidé de suspendre l’opération en attendant d’y voir plus clair. Les préparatifs à la fusion sont toutefois en cours, ne serait-ce que sur le plan psychologique. Le personnel d’HP Maroc est à son tour informé régulièrement de qui se passe pour «couper court aux rumeurs», lance-t-on.
Concernant les suppressions prévisionnelles de quelque 15.000 emplois sur les deux années à venir, «l’impact n’en sera que minime sur le Maroc», déclara Fouad Afilal, responsable au sein de HP Maroc lors de la dernière édition du Forum du Manager, organisé mardi par la revue Economie&Entreprises.
Il est en effet prévisible qu’une fusion à la hâte entre les deux constructeurs risque de déboussoler les habitués de la marque Compaq. «Le groupe en est conscient », lance M. Afilal sans pour autant s’attarder sur les détails. En attendant que ce soit chose faite, les attentes des anti-Walter Hewlett ont coulé à l’eau. Lundi dernier, le tribunal de l’Etat du Delaware rendit son verdict, tant attendu, considérant la plainte déposée par Walter Hewlett recevable. Dans sa décision (étalée sur 28 pages), le juge en charge du dossier a estimé que les arguments de Walter étaient suffisants pour déclencher un procès, selon l’AFP. Ce dernier accuse en effet la direction d’HP d´avoir fait pression, au dernier moment, sur un gros actionnaire, à savoir la banque Deutsche Asset Management, une filiale de la Deutsche Bank, qui possède au moins 25 millions d’actions de la compagnie américaine. Il avance comme argument le fait que l’établissement financier avait initialement prévu de voter contre la fusion jusqu’au 15mars, soit trois jours avant le vote final des actionnaires du constructeur. Ce n’est pas tout. Car Walter Hewlett assure que la compagnie HP a été jusqu’à fournir des données erronées sur les résultats de la fusion pour influencer le vote des petits actionnaires.
La presse américaine s’est posée la question : Après le procès Microsoft, la saga HP? Les dirigeants d’HP, qui avaient annoncé leur victoire juste après le vote de leurs actionnaires le 19 mars, avaient demandé à la cour du Delaware de refuser la plainte déposée par Walter Hewlett. Les propos du juge WilliamB. Chandler, cités dans un rapport publié par le service d’informations Dow Jones se passent de tout commentaire. «Parce que la plainte soulève une question sensée, si l’on estime fondées les insinuations selon lesquelles la direction d’HP a délibérément présenté des faits concernant l’intégration d’une certaine manière dans l’optique de persuader (les actionnaires) d’approuver la fusion, la demande de rejet formulée par HP doit être refusée», a-t-il déclaré dans son communiqué. La direction du constructeur HP n’a pas tardé à répliquer faisant preuve un optimisme certain. Une chose reste parfois sûre. L’issue du procès est cruciale car HP indique avoir remporté la victoire d’une courte tête d’après ses premières estimations. Si le juge déclare nuls certains votes, l’entreprise ne serait plus en mesure d’avoir sa majorité de voix.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *