La formation au service de l’industrie

La formation au service de l’industrie

Promouvoir le secteur de l’industrie au Maroc, c’est l’objectif que s’est fixé le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’Economie. Ce dernier a ainsi lancé une batterie d’actions, de formations professionnelles notamment au profit des responsables et collaborateurs dans le domaine de la maintenance industrielle. Il a, entre autres, entamé, depuis 2004, une action de coopération avec l’ambassade française à Rabat. Ainsi, il a été convenu de faire appel notamment à l’assistance de l’Association française des ingénieurs et responsables de Maintenance (AFIM). En prolongement du plan d’action de l’année 2005, Le programme de cette année 2006 sera marqué par la poursuite de la formation d’une vingtaine de responsables de la maintenance à Tanger, avec l’organisation d’un 2ème cycle de séminaires de perfectionnement «Qualité, sécurité, maintenance» (QSM). Une formation par apprentissage sera de plus dispensée au profit d’une dizaine de techniciens maintenance, toujours à Tanger. Un 1er cycle de séminaires de perfectionnement QSM des responsables de la maintenance sera également mis en place, à Casablanca cette fois-ci, tel que réalisé en 2005 à Tanger (15 responsables d’entreprises de Casablanca et 5 responsables de la maintenance des patrimoines de l’OFPPT). Le programme de l’année 2006 prévoit, en outre, la formation d’un noyau de 20 enseignants de haut niveau, capables d’animer un cycle complet de 15 séminaires de perfectionnement QSM destinés aux responsables de la maintenance des régions concernées. Un module sur la maintenance industrielle sera, par ailleurs, élaboré.
Il sera destiné à l’ensemble des étudiants de l’OFPPT, toutes options confondues.  Pour ce qui est du financement au titre de l’année 2006, ce programme sera cofinancé par le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) et le Fonds de solidarité prioritaires dans le cadre du Réseau génie industriel. Le programme de l’année 2006 sera marqué, dans le domaine de l’analyse économique et sociale, par une capitalisation de l’expérience française dans la conduite de l’observatoire de la maintenance industrielle, et ce par le transfert du savoir faire français dans ce secteur à des enseignants chercheurs ainsi qu’à des membres de l’Association marocaine pour le développement de la maintenance (AMDM). Il est à noter que le programme de cette année n’est en fait que le prolongement d’actions entamées depuis l’année 2005, où la Zone industrielle de Tanger (AZIT) a été retenue comme bassin d’emploi, et ce pour lancer les actions relatives à la formation des responsables de la maintenance.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *