La géographie des échanges commerciaux du Maroc

La géographie des échanges commerciaux du Maroc

Clients, fournisseurs, avec qui on gagne, avec qui on perd…

Les transactions sur marchandises du Maroc avec le reste du monde ont enregistré un saut important en 2016. L’Office des changes est revenu sur la performance du Maroc durant cette année en brossant un tableau détaillé des échanges commerciaux aussi bien par produit que par destination. Le bilan relevé dans une récente publication de l’Office démontre une hausse de 7,2% portant la valeur de ces transactions à 632,9 milliards DH contre 590,3 milliards DH en 2015.

Le taux de croissance annuel moyen de ces transactions s’est établi à 7% au cours de la période 2006-2016. Les échanges en 2016 ont été marqués par une nette progression des importations qui se sont redressées de 9,9% au moment où les exportations ont évolué de 2,7%. De ce fait, le déficit commercial a continué de s’aggraver se creusant ainsi de 20%, soit 30,8 milliards DH.

L’écart a été dans ce sens évalué à 185 milliards DH contre 154,2 milliards DH une année auparavant. Cette aggravation résulte, selon l’Office des changes, de la détérioration de la balance commerciale des biens d’équipement, des demi-produits et des biens de consommation. Notons que la balance commerciale énergétique participe également au déficit avec une valeur de 52,6 milliards DH, qui reste néanmoins en baisse par rapport à celle de 2015, à savoir 63,2 milliards DH. L’analyse par marché établie par l’Office des changes fait ressortir une prédominance de l’Europe avec plus des deux tiers des échanges commerciaux réalisés en 2016. L’Office observe également une amélioration continue des importations réalisées dans le cadre des accords de libre-échange. Décryptage des principales tendances commerciales de l’année 2016.

L’Europe rafle 66,3% des transactions

L’Europe garde la première place en termes des transactions commerciales en 2016. Ce marché, représenté principalement par l’Espagne et la France, détient une part de 66,3% des transactions commerciales réalisées par le Maroc avec le reste du monde. L’Asie est classée au second rang après l’Europe avec 16,8% des échanges, suivie de l’Amérique qui intervient à hauteur de 10% dans le total des transactions.

Les échanges commerciaux avec ce continent ont connu une hausse de 3,3 milliards DH et ce suite à la progression de 2,3 milliards DH des importations auprès des Etats-Unis conjuguée à l’augmentation de 1,1 milliard DH des exportations vers l’Argentine.

La part de l’Afrique dans la structure globale des échanges commerciaux du Maroc avec le reste du monde s’élève à 6,1% contre 6,8% en 2015. Quant aux échanges commerciaux effectués avec l’Océanie, ils demeurent faibles. Ils ne représentent que 0,4%, soit une valeur de 2,2 milliards DH.

 

Le Maroc gagne en Afrique et en Océanie

L’Office des changes relève dans son rapport sur les échanges commerciaux en 2016 une détérioration de la balance commerciale avec tous les continents. Une exception se confirme sur deux marchés, en l’occurrence l’Afrique et l’Océanie. Les échanges commerciaux du Maroc s’inscrivent en amélioration sur ces deux zones géographiques. L’excédent enregistré avec l’Afrique est passé en une année de 2,9 milliards de dirhams à 6,7 milliards de dirhams en 2016. En ce qui concerne les transactions avec l’Afrique, le taux de couverture continue son amélioration considérable basculant de 115,7 à 142,2%. Cette amélioration résulte de la consolidation de 1,1 milliard de dirhams des ventes des engrais naturels et chimiques. Pour l’Océanie, le Maroc ressort excédentaire de 376 millions de dirhams contre 8 millions de dirhams une année plus tôt. En revanche le déficit commercial avec l’Europe a atteint les 106,4 milliards de dirhams avec l’Europe en 2016 contre 89,1 milliards de dirhams l’année précédente. L’écart observé avec l’Asie est évalué à 59,6 milliards de dirhams, contre un déficit de 27 milliards de dirhams avec l’Amérique.

Echanges commerciaux avec l’Europe : L’Espagne en tête du podium

S’agissant du marché européen, l’Espagne reste incontestablement le premier partenaire du Maroc sur ce marché. Elle détient 27,8% des échanges commerciaux du Maroc vers l’Europe. Ce positionnement est maintenu grâce à la hausse des achats de produits finis d’équipement. Le Maroc en a importé une valeur additionnelle de 4,6 milliards de dirhams par rapport à l’année 2015. La progression des achats de produits finis de consommation a également contribué au renforcement du positionnement de l’Espagne sur la cartographie des partenaires du Maroc à l’échelle européenne. Ces importations se sont améliorées de 3,1 milliards de dirhams au moment où les exportations de produits finis de consommation vers l’Espagne se sont améliorées de 4,1 milliards de dirhams tandis que les expéditions desproduits alimentaires ont connu une progression de 1,5 milliard de dirhams. La France arrive, quant à elle, au deuxième rang avec une part de 24,1% avec des transactions atteignant une valeur de 101,3 milliards de dirhams en 2016 contre 90,8 milliards de dirhams en 2015, soit une hausse de 11,5%. Cette progression est attribuée à l’accroissement de 3,4 milliards de dirhams des importations de produits alimentaires conjugué à la hausse de 2,4 milliards de dirhams des achats de produits finis d’équipement.

Ventilation du déficit par principaux  pays en millions DH

Accords de libre-échange : Le Maroc importe davantage 

Se référant à l’Office des changes, le Maroc a vu ses importations dans le cadre des accords de libre-échange grimper de manière significative. On note dans ce sens une progression de 10,3% à fin 2016 contre 1,1% en 2015. Les importations effectuées dans le cadre de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne ont représenté 79,6% du total de ces importations. Elles se sont chiffrées à 108,2 milliards de dirhams en 2016 contre 97 milliards de dirhams l’année précédente, soit une hausse de 11,6%.

Les importations réalisées dans le cadre de l’accord avec la Turquie arrivent en deuxième place. Elles représentent une part de 9,2%. Les achats réalisés dans ce sens continuent leur hausse pour atteindre 12,5 milliards de dirhams en 2016 contre 5,6 milliards de dirhams en 2012, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 22,5% durant cette période.

Les achats conclus dans le cadre de l’accord avec les Etats-Unis couvrent une part de 7,2%. Cependant, les achats de biens effectués dans le cadre de l’Accord d’Agadir n’interviennent que pour 3%. Les importations bénéficiant du régime préférentiel dans le cadre de l’Accord d’Agadir s’élèvent à 4,1 milliards de dirhams affichant une légère hausse de 6,6% par rapport à 2015. En outre, les importations dans le cadre de l’accord avec les pays membres de l’Association européenne de libre-échange (AELE) ne contribuent qu’à hauteur de 1,1% dans le total des échanges réalisés dans le cadre des accords de libre-échange. Ces importations ont diminué de 25,4%, soit 1,4 milliard de dirhams en 2016 contre 1,9 milliard de dirhams une année auparavant. En revanche, les importations réalisées avec les Etats-Unis ont repris de plus belle. Elles sont passées d’une baisse de 13% en 2015 à une hausse de 8% en 2015 basculant ainsi d’un manque de 1,4 milliard de dirhams à un solde positif de 700 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *