La logistique sous la loupe

La logistique sous la loupe

«Comment améliorer la compétitivité à travers une meilleure gestion de la logistique?» est le thème d’un séminaire tenu hier, mercredi 21 juin, à Casablanca, qui a réuni des experts nationaux et étrangers en la matière. En effet, cette rencontre a été l’occasion de présenter une récente étude sur la performance de la logistique du commerce au Maroc. Menée par la Banque mondiale et le ministère de l’Equipement et du Transport, cette étude concerne trois grands secteurs économiques. «Pour les entreprises  et  branches  industrielles  étudiées  (textile,  automobile,  électronique),  les  coûts logistiques  totaux  représentent  50  %  à  deux  tiers  du  coût  du  travail  au  Maroc.  Leur  part  dans  la valeur  ajoutée  totale  créée  au  Maroc  varie  entre  25  et  60 %», annonce-t-on dans ce document.
Les rédacteurs de cette enquête n’ont pas omis de mettre l’accent sur la  proximité  géographique  de  l’Union  européenne  qui reste un  atout  unique  pour  le  Maroc. Ainsi, ils ont donné des exemples prouvant les avantages du Royaume : un conteneur  effectuant  le  trajet  Shanghaï-Anvers  ou  Singapour-Hambourg  coûte  environ 1300  euros, mais  seulement  500  à  600  euros  de  Hambourg  à  Casablanca  ou  d’Anvers  à  Tanger.
«L’avantage  comparatif  du  Maroc  sur  le  marché  européen  réside  tout  de  même  dans  sa capacité  à  s’intégrer  dans  des  cycles  courts  de  production.  D’un  point  de  vue  logistique,  le  Maroc se  reposera  ainsi  de  plus  en  plus  sur  le  transport  international  routier  qui  doit  être  rapide,  fiable  et pas  trop  onéreux », indique-t-on selon la même source. C’est donc à travers ce segment d’activité que le Maroc pourra résister dans un contexte concurrentiel. La réduction des coûts de la logistique est l’une des solutions-clés pour améliorer la compétitivité. À cet effet, l’enquête en question soulève les handicaps que connaît le secteur : « le  Maroc  n’est  séparé  que  de  15  kilomètres  de  l’Europe,  mais  le  coût  de  la traversée  du  détroit  correspond  à  plus  de  la  moitié  de  la  traversée  de  l’Espagne,  soit  600  à  700 kilomètres».  Et de trancher, «Le  prix  et  la  mauvaise  qualité  du  transport  interne,  ajoutés  au  prix  de  la  traversée Tanger-Algésiras,  rendent  difficilement  compétitives  les  exportations  de  produits  frais  en provenance  de  la  région  d’Agadir  par  exemple ».  En matière de logistique, il y a donc du pain sur la planche.


 Le secteur de la logistique


Selon cette étude, les  coûts  logistiques  totaux  du  Maroc  s’élèvent  à  environ  20 %  du  PIB.  Or,  ce  ratio  est supérieur  à  celui  des  pays  de  l’Union  européenne  y  compris  ceux  qui  l’ont  rejoint en  2004 , dont le  ratio  se  situe  entre  10  et  16 %, selon la même source.  Dans ce sens, il faut noter que de  grands  pays  émergents  comme  le  Mexique,  le  Brésil  et  la Chine  ont,  quant  à  eux,  des  coûts  logistiques  de  l’ordre  de  15  à  17 %  du  PIB.  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *