La moitié de la flotte crevettière hauturière marocaine se concentre à Tanger

La moitié de la flotte crevettière hauturière marocaine se concentre à Tanger

Au Maroc, la pêche crevettière est pratiquée par une importante flotte (dont 430 bateaux côtiers) faisant vivre 12.000 marins, sans parler du nombre d’emplois indirects générés par cette activité. C’est du moins ce qui ressort d’une présentation donnée en marge des travaux de l’assemblée générale de la Chambre des pêches maritimes de la Méditerranée organisés, vendredi 18 décembre, à Tanger. En raison de sa position géographique stratégique couplée avec une activité constante, «le port de Tanger abrite plus de 50% de la flotte crevettière hauturière marocaine», a affirmé Saïd Benchoucha, chef du laboratoire au Centre régional de l’Institut national de recherches halieutiques (INRH) à Tanger.

Les données statistiques font part que les débarquements de crevettes roses au port de Tanger ont atteint, en 2014, quelque 176 tonnes pour une valeur   de plus de 12,28 millions de dirhams. Parmi l’ensemble des ports de la région les mieux positionnés à l’échelle nationale concernant le débarquement de la crevette rose du large, figure celui de Larache, «situé dans une zone de nourricerie pour plusieurs espèces dont la crevette rose du large», a tenu à préciser M. Benchoucha.

Il est à noter que parmi les 58 chalutiers congélateurs de la flotte crevettière hauturière, 27 sont basés à Tanger. Il en résulte que pour les trois mois d’activité de l’année 2014, la production s’est élevée à 1.600 tonnes (dont 85% des crevettes roses), pour une valeur de 178 millions de dirhams. Quant à la flotte de la pêche crevettière côtière au niveau national, celle-ci est composée de quelque 430 unités représentant une part de 73% de l’effectif total des chalutiers. Ce qui a permis d’afficher une production variant entre 3.500 et 4.000 tonnes, dont près de 75% sont constitués de la crevette rose.

Cette rencontre a constitué une occasion pour les professionnels de la région pour réfléchir et se concentrer sur le projet du plan d’aménagement de la pêcherie crevettière mis en place à l’initiative du département de tutelle.

Ce projet en cours de discussion vise à redresser l’état des stocks crevettiers, qui se trouve dans une situation critique en particulier dans la région du Nord et ce, «à cause de la pression de la pêche ainsi que les changements environnementaux et climatiques», a ajouté M. Benchoucha.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *