La morosité plombe le paysage touristique

La morosité plombe le paysage touristique

Maintien ou rupture… Ce sont, en effet, les deux scénarios que transpose l’Office national marocain du tourisme (ONMT) pour l’année 2016. La stratégie de l’Office portera ainsi soit sur un plan de continuité portant sur 600 millions de dirhams et un taux de croissance des arrivées prévisionnel de 1,4% ou bien sur une rupture à 805 millions de dirhams pour un taux de croissance des arrivées prévisionnel de 3%.

C’est sur quoi devra statuer le conseil de l’ONMT dont les travaux se tiendront mardi 29 décembre 2015. A l’ordre du jour de l’assemblée, l’examen d’une proposition portant sur l’ouverture de nouvelles représentations à l’international. L’Office tend, dans ce sens, à ouvrir en Turquie qui est reliée au Maroc par 17 vols hebdomadaires.

De même, l’Office ambitionne, en 2016, de préserver les parts de marché de la destination Maroc et récupérer celles dans les relais de croissance tels que la Russie, la Pologne et la Scandinavie. De même, deux marchés seront ciblés par le Maroc. Il s’agit en effet de l’Allemagne et la Grande-Bretagne, et ce de par leur résilience en 2015 vis-à-vis de la destination Maroc.

Les deux marchés ont ainsi affiché des taux de croissance respectifs de 8 et 6%. Au moment où les opérateurs concentrent leurs efforts sur la promotion de la destination Maroc, la morosité s’est installée dans le tourisme national. Les recettes générées par l’activité touristique des non-résidents au Maroc se sont élevées à fin octobre à 50,9 milliards de dirhams, en retrait de 0,9% par rapport à la même période de l’année précédente.

Les professionnels lient cette lassitude à la frilosité des marchés et aux  perturbations politiques et sécuritaires ayant touché certains marchés émetteurs, en l’occurrence la France et la Belgique. En effet, les arrivées touristiques en provenance de ces destinations ont connu un déclin respectif de 5 et 2% comparé aux dix premiers mois de l’année précédente. Le volume global des arrivées aux postes frontières a atteint pour sa part les 8,8 millions de touristes, en repli de 0,7% par rapport à la même période de l’année précédente.

En termes de nuitées, les indicateurs affichent une baisse de 6,9%. La part des résidents s’est consolidée de 11,3% contre une baisse de 13,5% de celle des touristes non-résidents. Le mois d’octobre a connu par ailleurs une perte de 69% de nuitées engendrées par Marrakech et Agadir. Les deux principaux pôles touristiques du Maroc ont ainsi enregistré respectivement des nuitées en baisse de 7% et 9% à fin octobre. Casablanca et Tanger ont suivi le même trend baissier, soit une baisse de 4% chacune. De ce fait, le taux d’occupation a reculé de 3 points à fin octobre pour se situer autour de 42%.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *