La Mosquée Hassan II à l‘heure de l’efficacité énergétique

La Mosquée Hassan II à l‘heure de l’efficacité énergétique

Une nouvelle échéance pour les soumissionnaires

Les entreprises peuvent entrer en course à partir du  19 janvier pour la réalisation du projet de mise en place de solutions d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables de la mosquée Hassan II. C’est ce qui a été annoncé, en fin de semaine, par la fondation Mosquée Hassan II Casablanca et la Société d’investissements énergétiques suite à un appel à manifestation d’intérêt. Réduire la consommation d’eau et d’énergie de la Mosquée Hassan II ainsi que l’ensemble des bâtiments de la fondation Hassan II en sont les principales finalités. Dans ce sens, il s’agit d’identifier les soumissionnaires voulant offrir leurs services dans le cadre du contrat de performances énergétiques (CPE) ou le contrat de fourniture d’énergie (PPA).

Dans cette perspective de présélection des candidats, le soumissionnaire est tenu de proposer la mise en œuvre des mesures d’efficacité énergétique (MEE) et des Mesures d’énergies renouvelables (MER). Celui-ci doit également garantir une offre technique et financière adéquate. Pour ce qui est du financement de ce projet, la fondation de la Mosquée Hassan II et la SIE précisent conjointement que les économies générées par ces mesures d’efficacité énergétique devront permettre de récupérer la totalité des investissements réalisés. Ces propositions permettront de réduire la consommation d’énergie et d’eau tout en favorisant l’utilisation des énergies renouvelables, selon les deux organismes.

Des audits énergétiques devraient être réalisés par le soumissionnaire telles que l’analyse détaillée de la consommation énergétique, la réalisation des bilans énergétiques, l’analyse économique et financière des mesures d’efficacité énergétique ou encore l’établissement d’un plan de mesures et de vérification incluant les modes de calcul et d’évaluation des économies d’énergie et d’eau. Le soumissionnaire est également appelé à établir la planification d’un système de management énergétique et de gestion de maintenance pour l’ensemble des solutions à mettre en place. En outre, les mesures d’énergies renouvelables doivent être dimensionnées dans un régime d’autoproduction ou de contrat de production indépendant d’énergie (IPP) de sources renouvelables. Pour rappel, le décret du 30 mars 2013 relatif aux marchés publics précise que la passation des marchés publics doit prendre en considération le respect de l’environnement et les Objectifs du développement durable. 

Leila Ouchagour

(Journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *